Opérateurs, dépannage

Y compris mon travail sur mes propres erreurs en termes de cashback de MegaFon. À propos de l'itinérance intra-réseau : les bons juristes des opérateurs ont bien lu la loi et les utilisateurs des tarifs d'entreprise paieront toujours les appels entrants en itinérance intra-réseau. À propos de l'illimité relativement nouveau chez Yota et de la structure tarifaire de cet opérateur dans son ensemble.

À propos du cashback dans MegaFon

J'ai écrit à ce sujet récemment, vous pouvez le lire ici. Je crains que cette partie de l'examen ne soit beaucoup moins amicale si je n'avais pas simplement oublié que dans MegaFon, vous ne pouvez pas dépenser de cashback pour recharger le solde de votre téléphone. Bien qu'il ait lui-même écrit une fois à ce sujet dans une critique ici, je cite :

"Cashback est crédité uniquement pour les frais d'abonnement et pour les services de communication en itinérance internationale. Autant que je sache, toutes sortes de jeux avec reconstitution du solde, accumulation de cashback et retrait ultérieur d'argent sont arrêtés «dans la vigne» par le fait qu'ils accumulent du cashback uniquement sur les frais mensuels réellement radiés. Il est impossible de convertir le cashback en argent « vivant », et il est également impossible de reconstituer le solde avec cette « monnaie virtuelle ». En ce sens, l'ancien programme de bonus non moderne et non progressif était beaucoup plus large, plus convivial et flexible, en plus de toutes sortes de "bonbons" pour les bonus, il était possible de reconstituer le solde. Oui, avec un taux de change peu aimable pour convertir les bonus en roubles, mais c'était possible. Et le cashback actuel, franchement, n'a rien à voir avec le mot "cash" (argent), un tel paradoxe. Si les étoiles convergent avec succès, il sera alors possible d'économiser de vrais roubles lors de l'achat dans le salon MegaFon Retail. Sachant qu'il est peu probable qu'il soit possible d'économiser du cashback pour payer quelque chose de solide, l'argent virtuel accumulé s'épuise après 12 mois.

C'est peut-être tout ce que vous et moi devrions savoir sur le cashback chez MegaFon. Théoriquement, il y a un avantage au cashback, mais en pratique cela ressemble plus à une simple campagne publicitaire sur la vague de la popularité des cashbacks en tout genre, le terme est très « entendu parler ». Je ne doute pas que la publicité fonctionnera, beaucoup déduiront mentalement ces 20% du montant des frais d'abonnement lorsqu'ils se connecteront et se réjouiront, mais nous sommes réalistes avec vous. Alors traitons la question avec philosophie : si on arrive à tirer quelque profit du cashback - tant pis, si on n'y arrive pas - la blague est avec lui, on n'espérait pas vraiment. En fin de compte, pour une fois, vous pouvez acheter un antivirus à l'avance si ces emballages de cashback n'ont nulle part où s'attacher. Et puis après tout, on ne pense traditionnellement à l'antivirus que lorsqu'il est trop tard pour se protéger et qu'il est temps de se faire soigner. Vous pouvez également acheter et offrir un livre à un ami, mais il y a un élément de risque : et s'il a déjà un livre ?

Peut-être que je m'en serais souvenu, mais je n'y ai même pas pensé. Une tentative de construire tout le concept de la campagne publicitaire de l'opérateur autour d'emballages de bonbons inutiles semblerait très absurde. Pourtant, ils annoncent généralement ce que l'entreprise se compare favorablement à ses concurrents, et non l'inverse. C'est aussi de ma faute si un cadeau trop généreux ne m'a pas alerté : 100% de cashback, ne serait-ce que le premier mois, ce serait vraiment beaucoup s'ils ne payaient pas avec des emballages de bonbons.

Total, en résumé : l'accord de l'opérateur avec une entreprise cliente (organisation) n'a pas d'effet rétroactif et continue d'être valide, la nouvelle loi n'a pas annulé cette disposition de l'accord. Il aurait probablement pu l'annuler avec un article séparé, mais il ne voulait pas le faire. Soit l'opérateur qui a préparé le projet de loi pour le ministère des Télécoms et des Communications de masse a décidé de ne pas le faire, cet ordre du "processus législatif" n'est plus un secret et est même confirmé par la paternité vulgaire de documents en Word , suite à cette "crevaison" (le ministère des Télécoms et des Communications de masse n'a même pas pris la peine de "anonymiser" le fichier) tout l'Internet spécialisé a rigolé ensemble. D'une manière ou d'une autre, le résultat est beau et juridiquement irréprochable : pour les détenteurs de tarifs d'archives d'entreprise (et il y en a plus qu'assez), la loi sur "l'abolition du roaming" ne s'applique pas, à partir du 1er juin, aux appels entrants en itinérance intranet être payé pour eux. Ou restez payé, selon l'opérateur et la version du tarif.

Selon des rumeurs non entièrement confirmées, MTS et MegaFon se sont penchés vers cette version de la lecture de la loi. Je ne sais pas pour Tele2 (l'expérience personnelle est le meilleur professeur), Beeline a jusqu'à présent préféré réinitialiser tout le monde inclus dans le HRV. Tapez, il sera plus coûteux de traiter de nombreuses réclamations. Qui finira par avoir raison dans les lignes sèches des rapports comptables ? Nous ne le saurons jamais, il est peu probable que les opérateurs publient de telles statistiques, même pour les actionnaires.

Et les propriétaires des tarifs d'entreprise d'archivage MTS et MegaFon doivent simplement tenir compte de ce fait. De nombreux mots courts sont écrits sur les clôtures, mais tous ces mots ne se traduisent pas par "gratuit" et ne s'appliquent pas spécifiquement à votre cas. Avec les lois, tout est à peu près pareil, malheureusement.

Yota, nouvelle calculatrice et anlim mobile

J'écris, pourrait-on dire, "à la demande des travailleurs". Les abonnés adorent leur Yota et me bottent régulièrement pour le manque d'attention de cet opérateur. En fait, pourquoi ne pas aimer Yota ? Les solutions tarifaires ont toujours été et restent pour le moins intéressantes et inhabituelles. Yota n'a pas peur d'expérimenter, et ce qui ne marche pas toujours bien, c'est un "coût de production" tout à fait naturel. De plus, les réalités économiques actuelles obligent les opérateurs à surveiller de très près l'ARPU. J'ai relu ma critique il y a un peu plus d'un an, j'ai failli fondre en larmes de tendresse nostalgique. Eh, nous n'avons pas apprécié notre bonheur tarifaire, nous ne l'avons pas apprécié !

Opérateurs, travaillez sur les bogues

Maintenant, Yota propose à Moscou Internet illimité pour un smartphone au prix de 390 roubles par mois, pour la capitale c'est tout à fait "sur le marché". Je tiens à attirer votre attention sur le fait qu'un forfait de trafic généreux de 50 Go coûtera 364 roubles. 71 kopecks, c'est-à-dire pas beaucoup moins cher. Mais sans les restrictions inévitables pour anlim. Mais ici chacun choisit ce qui lui convient le mieux en termes de caractéristiques, et n'oublie pas le confort psychologique de l'illimité, pour beaucoup c'est important.

Au maximum des chiffres du forfait Internet mobile à Yota, le prix est de 0,91 roubles. Par gigaoctet de trafic. Je ne vois pas l'intérêt de rechercher et de comparer les taux d'autres opérateurs pour ce paramètre, mais un gigaoctet est moins cher qu'un rouble - sinon un record, du moins un beau chiffre. Quant à la répartition des prix dans les différentes régions, ici aussi la différence est presque un record. Ils ont écrit que dans la "ville des épouses", Ivanovo Yota estimait son anlim mobile à 139 roubles par mois. Ces derniers temps, Eldar aime comparer le coût des services avec le prix d'une tasse de café : j'ai bien peur qu'à Moscou, pour le prix mensuel d'Ivanovo illimité, vous n'ayez pas une tasse de café partout. En général, selon les critiques, dans les dernières formes de tarifs, les prix ont augmenté de quelques dizaines de roubles. Compte tenu de l'augmentation de la TVA et de la croissance régulière des autres prix, une telle augmentation de prix me semble tout à fait raisonnable.

Opérateurs, travaillez sur les erreurs

Yota a fait du bon travail en corrigeant les bugs, j'ai aimé le nouvel ajusteur tarifaire "lisse" (pour moi). Peut-être que personne n'a besoin d'une telle précision, mais c'est bien. Naturellement, dans les positions extrêmes des réglages, il y a toutes sortes d'anomalies comme 7,36 roubles. pour une minute de conversation, dont ce n'est pas un péché de se moquer. Les utilisateurs en colère se souviennent encore de la grave erreur de calcul marketing de Yota, lorsque le calculateur de tarif mis "à zéro" a donné un total de 200 roubles par mois comme abonné minimum possible. Vous et moi comprenons tout, mais nous n'aurions pas dû le démontrer aussi ouvertement, les gens n'aimaient pas ça. Le bogue a été corrigé, et maintenant le compte à rebours commence à 1 Go par mois. Si nous prenons le prix moyen d'un gigaoctet de trafic dans un paquet d'environ un rouble et demi, nous obtenons environ les mêmes 200 roubles. comme point de départ.

C'est dommage, bien sûr, qu'ils aient supprimé la possibilité de ne laisser que certains services dans le tarif. Le constructeur était unique, permettant de construire un tarif pour les profils les plus atypiques et en même temps de ne rien payer de plus. Par exemple, seulement YouTube et WhatsApp Messenger illimités ensemble pour seulement 95 roubles / mois, que faut-il d'autre pour un bonheur complet? Ou SMS illimités pour 50 roubles. plus quelques messagers pour 20 roubles. d'une part, voici un tarif idéal tout prêt pour les malentendants pour un prix dérisoire, et il n'était pas nécessaire d'inventer des offres spéciales.

D'accord, c'est une chose du passé, ils l'ont oublié et l'ont accepté. Aujourd'hui, dans la configuration minimale, Yota à Moscou propose 1 Go de trafic pour 225 roubles, rassemblez tout le reste dans un forfait selon vos goûts/besoins d'argent supplémentaire.

À propos des priorités réelles et imaginaires

Puisque nous parlons de Yota, les discussions constantes sur la façon dont MegaFon restreint (ou ne restreint pas ?) les abonnés Yota qui sont forcés d'accéder à son réseau sont "dans le sujet". Un sujet glissant, et personne ne partagera d'informations fiables avec nous pour des raisons assez évidentes.

Opérateurs, travaillez sur les erreurs

Et même parmi ceux qui discutent, il n'y a pas de consensus. Certains affirment avec assurance que les priorités sont un mythe et qu'ils n'ont constaté aucune « atteinte aux droits ». D'autres affirment avec la même confiance qu'il existe des priorités et que la vitesse des abonnés Yota dans le réseau MegaFon peut être presque plusieurs fois inférieure. Qui a raison? Si nous supposons que des priorités existent, alors probablement pas partout, mais seulement dans certaines régions. Cela dépend peut-être de l'heure de la journée et de la charge du réseau. J'ai suggéré un jour que Yota, depuis l'époque du WiMax, disposait d'un logiciel très avancé pour le contrôle dynamique de la vitesse, en fonction de la charge sur la BS, presque séparément pour chaque secteur. Peut-être que la variante d'un logiciel similaire dans MegaFon est moins efficace, donc pour les abonnés Yota, ils réduisent la vitesse, économisant la ressource pour «la leur».

Le débat atone sur ce sujet sera éternel, car chacun a "sa propre vérité" et sa propre expérience personnelle. Le nombre croissant d'opérateurs virtuels ajoute également à la méfiance. Que se passera-t-il quand/si la pratique du partage des infrastructures se généralise ! Un terrain fertile pour toutes sortes de théories du complot et de soupçons de "guerres de guérilla".

Opérateurs, dépannage

Y compris mon travail sur mes propres erreurs en termes de cashback de MegaFon. À propos de l'itinérance intra-réseau : les bons juristes des opérateurs ont bien lu la loi et les utilisateurs des tarifs d'entreprise paieront toujours les appels entrants en itinérance intra-réseau. À propos de l'illimité relativement nouveau chez Yota et de la structure tarifaire de cet opérateur dans son ensemble.

À propos du cashback dans MegaFon

J'ai écrit à ce sujet récemment, vous pouvez le lire ici. Je crains que cette partie de l'examen ne soit beaucoup moins amicale si je n'avais pas simplement oublié que dans MegaFon, vous ne pouvez pas dépenser de cashback pour recharger le solde de votre téléphone. Bien qu'il ait lui-même écrit une fois à ce sujet dans une critique ici, je cite :

"Cashback est crédité uniquement pour les frais d'abonnement et pour les services de communication en itinérance internationale. Autant que je sache, toutes sortes de jeux avec reconstitution du solde, accumulation de cashback et retrait ultérieur d'argent sont arrêtés «dans la vigne» par le fait qu'ils accumulent du cashback uniquement sur les frais mensuels réellement radiés. Il est impossible de convertir le cashback en argent « vivant », et il est également impossible de reconstituer le solde avec cette « monnaie virtuelle ». En ce sens, l'ancien programme de bonus non moderne et non progressif était beaucoup plus large, plus convivial et flexible, en plus de toutes sortes de "bonbons" pour les bonus, il était possible de reconstituer le solde. Oui, avec un taux de change peu aimable pour convertir les bonus en roubles, mais c'était possible. Et le cashback actuel, franchement, n'a rien à voir avec le mot "cash" (argent), un tel paradoxe. Si les étoiles convergent avec succès, il sera alors possible d'économiser de vrais roubles lors de l'achat dans le salon MegaFon Retail. Sachant qu'il est peu probable qu'il soit possible d'économiser du cashback pour payer quelque chose de solide, l'argent virtuel accumulé s'épuise après 12 mois.

C'est peut-être tout ce que vous et moi devrions savoir sur le cashback chez MegaFon. Théoriquement, il y a un avantage à un cashback, mais en pratique cela ressemble plus à une simple campagne publicitaire sur la vague de popularité de toutes sortes de cashbacks, le terme est très connu. Je ne doute pas que la publicité fonctionnera, beaucoup soustrairont mentalement ces 20% du montant des frais d'abonnement lorsqu'ils se connecteront et se réjouiront, mais nous sommes réalistes avec vous. Alors traitons la question avec philosophie : si nous parvenons à tirer quelque profit du cashback - tant pis, si nous n'y parvenons pas - la blague est avec lui, nous n'espérions pas vraiment. En fin de compte, pour une fois, vous pouvez acheter un antivirus à l'avance si ces emballages de cashback n'ont nulle part où s'attacher. Et puis après tout, on ne pense traditionnellement à l'antivirus que lorsqu'il est trop tard pour se protéger et qu'il est temps de se faire soigner. Vous pouvez également acheter et offrir un livre à un ami, mais il y a un élément de risque : et s'il a déjà un livre ?

Peut-être que je m'en serais souvenu, mais je n'y ai même pas pensé. Une tentative de construire tout le concept de la campagne publicitaire de l'opérateur autour d'emballages de bonbons inutiles semblerait très absurde. Pourtant, ils annoncent généralement ce que l'entreprise se compare favorablement à ses concurrents, et non l'inverse. C'est aussi de ma faute si un cadeau trop généreux ne m'a pas alerté : 100% de cashback, ne serait-ce que le premier mois, ce serait vraiment beaucoup s'ils ne payaient pas avec des "emballages de bonbons".

À propos de la non-annulation de l'itinérance sur les tarifs d'entreprise

C'est vraiment le hit de la saison et le triomphe des bons avocats. Il faut supposer que c'est aussi un défaut des législateurs, mais je ne vais pas commenter leurs actions. Ils ont rédigé la loi sur la punition pour manque de respect pour eux-mêmes sans failles, et, comme nous pouvons le voir, cette loi fonctionne. Testez-vous et, si vous le souhaitez, portez plainte auprès de la CEDH.

Opérateurs, corrections de bugs

Je n'ai donc pas osé commenter la réponse dans les commentaires d'un participant respecté avec un surnom en écriture arabe. J'ai senti dans mes tripes que tout n'est pas si simple ici, bien que le commentaire en général et la perplexité sur le «silence du SAF» (que vous ne pouvez pas appeler «les agneaux») semblaient absolument corrects. En effet, comment ça ? L'itinérance intra-réseau en Russie en termes d'appels entrants gratuits a été annulée ! La loi ne devrait pas voir la différence entre le tarif corporatif et public, ou quoi? Il s'avère qu'il y a une différence, et la loi est obligée de voir cette différence. Et s'il ne le voit pas, alors de bons avocats montreront, inciteront et expliqueront de manière populaire, ils sont payés pour cela.

Total, en résumé : l'accord de l'opérateur avec une entreprise cliente (organisation) n'a pas d'effet rétroactif et continue d'être valide, la nouvelle loi n'a pas annulé cette disposition de l'accord. Il aurait probablement pu l'annuler avec un article séparé, mais il ne voulait pas le faire. Soit l'opérateur qui a préparé le projet de loi pour le ministère des Télécoms et des Communications de masse a décidé de ne pas le faire, cet ordre du "processus législatif" n'est plus un secret et est même confirmé par la paternité vulgaire de documents en Word , suite à cette "crevaison" (le ministère des Télécoms et des Communications de masse n'a même pas pris la peine de "anonymiser" le fichier) tout l'Internet spécialisé a rigolé ensemble. D'une manière ou d'une autre, le résultat est beau et juridiquement irréprochable : pour les détenteurs de tarifs d'archives d'entreprise (et il y en a plus qu'assez), la loi sur "l'abolition du roaming" ne s'applique pas, à partir du 1er juin, aux appels entrants en itinérance intranet être payé pour eux. Ou restez payé, selon l'opérateur et la version du tarif.

Selon des rumeurs non entièrement confirmées, MTS et MegaFon se sont penchés vers cette version de la lecture de la loi. Je ne sais pas pour Tele2 (l'expérience personnelle est le meilleur professeur), Beeline a jusqu'à présent préféré réinitialiser le VRC inclus dans tout le monde. Tapez, il sera plus coûteux de traiter de nombreuses réclamations. Qui finira par avoir raison dans les lignes sèches des rapports comptables ? Nous ne le saurons jamais, il est peu probable que les opérateurs publient de telles statistiques, même pour les actionnaires.

Maintenant, Yota propose à Moscou Internet illimité pour un smartphone au prix de 390 roubles par mois, pour la capitale c'est tout à fait "sur le marché". Je tiens à attirer votre attention sur le fait qu'un forfait de trafic généreux de 50 Go coûtera 364 roubles. 71 kopecks, c'est-à-dire pas beaucoup moins cher. Mais sans les restrictions inévitables pour anlim. Mais ici chacun choisit ce qui lui convient le mieux en termes de caractéristiques, et n'oublie pas le confort psychologique de l'illimité, pour beaucoup c'est important.

Au maximum des chiffres du forfait Internet mobile à Yota, le prix est de 0,91 roubles. Par gigaoctet de trafic. Je ne vois pas l'intérêt de rechercher et de comparer les tarifs d'autres opérateurs pour ce paramètre, mais un gigaoctet est moins cher qu'un rouble - sinon un record, du moins un beau chiffre. Quant à la répartition des prix dans les différentes régions, ici aussi la différence est presque un record. Ils ont écrit que dans la "ville des épouses", Ivanovo Yota estimait son anlim mobile à 139 roubles par mois. Ces derniers temps, Eldar aime comparer le coût des services avec le prix d'une tasse de café : j'ai bien peur qu'à Moscou, pour le prix mensuel d'Ivanovo illimité, vous n'ayez pas une tasse de café partout. En général, selon les critiques, dans les dernières formes de tarifs, les prix ont augmenté de quelques dizaines de roubles. Compte tenu de l'augmentation de la TVA et de la croissance régulière des autres prix, une telle augmentation de prix me semble tout à fait raisonnable.

Opérateurs, travaillez sur les erreurs

Yota a fait du bon travail en corrigeant les bugs, j'ai aimé le nouvel ajusteur tarifaire "lisse" (pour moi). Peut-être que personne n'a besoin d'une telle précision, mais c'est bien. Naturellement, dans les positions extrêmes des réglages, il y a toutes sortes d'anomalies comme 7,36 roubles. pour une minute de conversation, dont ce n'est pas un péché de se moquer. Les utilisateurs en colère se souviennent encore de la grave erreur de calcul marketing de Yota, lorsque le calculateur de tarif mis "à zéro" a donné un total de 200 roubles par mois comme abonné minimum possible. Vous et moi comprenons tout, mais nous n'aurions pas dû le démontrer aussi ouvertement, les gens n'aimaient pas ça. Le bogue a été corrigé, et maintenant le compte à rebours commence à 1 Go par mois. Si nous prenons le prix moyen d'un gigaoctet de trafic dans un paquet d'environ un rouble et demi, nous obtenons environ les mêmes 200 roubles. comme point de départ.

C'est dommage, bien sûr, qu'ils aient supprimé la possibilité de ne laisser que certains services dans le tarif. Le constructeur était unique, permettant de construire un tarif pour les profils les plus atypiques et en même temps de ne rien payer de plus. Par exemple, seulement YouTube et WhatsApp Messenger illimités ensemble pour seulement 95 roubles / mois, que faut-il d'autre pour un bonheur complet? Ou SMS illimités pour 50 roubles. plus quelques messagers pour 20 roubles. d'une part, voici un tarif idéal tout prêt pour les malentendants pour un prix dérisoire, et il n'était pas nécessaire d'inventer des offres spéciales.

D'accord, c'est une chose du passé, ils l'ont oublié et l'ont accepté. Aujourd'hui, dans la configuration minimale, Yota à Moscou propose 1 Go de trafic pour 225 roubles, rassemblez tout le reste dans un forfait selon vos goûts/besoins d'argent supplémentaire.

À propos des priorités réelles et imaginaires

Puisque nous parlons de Yota, les discussions constantes sur la façon dont MegaFon restreint (ou ne restreint pas ?) les abonnés Yota qui sont forcés d'accéder à son réseau sont "dans le sujet". Un sujet glissant, et personne ne partagera d'informations fiables avec nous pour des raisons assez évidentes.

Opérateurs, travaillez sur les bugs

Et même parmi ceux qui discutent, il n'y a pas de consensus. Certains affirment avec assurance que les priorités sont un mythe et qu'ils n'ont constaté aucune « atteinte aux droits ». D'autres affirment avec la même confiance qu'il existe des priorités et que la vitesse des abonnés Yota dans le réseau MegaFon peut être presque plusieurs fois inférieure. Qui a raison? Si nous supposons que des priorités existent, alors probablement pas partout, mais seulement dans certaines régions. Cela dépend peut-être de l'heure de la journée et de la charge du réseau. J'ai en quelque sorte suggéré que Yota, depuis l'époque de WiMax, dispose d'un logiciel très avancé pour le contrôle dynamique de la vitesse en fonction de la charge sur la BS, presque séparément pour chaque secteur. Peut-être que la variante d'un logiciel similaire dans MegaFon est moins efficace, donc pour les abonnés Yota, ils réduisent la vitesse, économisant la ressource pour «la leur».

Le débat atone sur ce sujet sera éternel, car chacun a "sa propre vérité" et sa propre expérience personnelle. Le nombre croissant d'opérateurs virtuels ajoute également à la méfiance. Que se passera-t-il quand/si la pratique du partage des infrastructures se généralise ! Un terrain fertile pour toutes sortes de théories du complot et de soupçons de "guerres de guérilla".

Opérateurs, dépannage

Y compris mon travail sur mes propres erreurs en termes de cashback de MegaFon. À propos de l'itinérance intra-réseau : les bons juristes des opérateurs ont bien lu la loi et les utilisateurs des tarifs d'entreprise paieront toujours les appels entrants en itinérance intra-réseau. À propos de l'illimité relativement nouveau chez Yota et de la structure tarifaire de cet opérateur dans son ensemble.

À propos du cashback dans MegaFon

J'ai écrit à ce sujet récemment, vous pouvez le lire ici. Je crains que cette partie de l'examen ne soit beaucoup moins amicale si je n'avais pas simplement oublié que dans MegaFon, vous ne pouvez pas dépenser de cashback pour recharger le solde de votre téléphone. Bien qu'il ait lui-même écrit une fois à ce sujet dans une critique ici, je cite :

"Cashback est crédité uniquement pour les frais d'abonnement et pour les services de communication en itinérance internationale. Autant que je sache, toutes sortes de jeux avec reconstitution du solde, accumulation de cashback et retrait ultérieur d'argent sont arrêtés «dans la vigne» par le fait qu'ils accumulent du cashback uniquement sur les frais mensuels réellement radiés. Il est impossible de convertir le cashback en argent « vivant », et il est également impossible de reconstituer le solde avec cette « monnaie virtuelle ». En ce sens, l'ancien programme de bonus non moderne et non progressif était beaucoup plus large, plus convivial et flexible, en plus de toutes sortes de "bonbons" pour les bonus, il était possible de reconstituer le solde. Oui, avec un taux de change peu aimable pour convertir les bonus en roubles, mais c'était possible. Et le cashback actuel, franchement, n'a rien à voir avec le mot "cash" (argent), un tel paradoxe. Si les étoiles convergent avec succès, il sera alors possible d'économiser de vrais roubles lors de l'achat dans le salon MegaFon Retail. Sachant qu'il est peu probable qu'il soit possible d'économiser du cashback pour payer quelque chose de solide, l'argent virtuel accumulé s'épuise après 12 mois.

C'est peut-être tout ce que vous et moi devrions savoir sur le cashback chez MegaFon. Théoriquement, il y a un avantage au cashback, mais en pratique cela ressemble plus à une simple campagne publicitaire sur la vague de la popularité des cashbacks en tout genre, le terme est très « entendu parler ». Je ne doute pas que la publicité fonctionnera, beaucoup déduiront mentalement ces 20% du montant des frais d'abonnement lorsqu'ils se connecteront et se réjouiront, mais nous sommes réalistes avec vous. Alors traitons la question avec philosophie : si on arrive à tirer quelque profit du cashback - tant pis, si on n'y arrive pas - la blague est avec lui, on n'espérait pas vraiment. En fin de compte, pour une fois, vous pouvez acheter un antivirus à l'avance si ces emballages de cashback n'ont nulle part où s'attacher. Et puis après tout, on ne pense traditionnellement à l'antivirus que lorsqu'il est trop tard pour se protéger et qu'il est temps de se faire soigner. Vous pouvez également acheter et offrir un livre à un ami, mais il y a un élément de risque : et s'il a déjà un livre ?

Peut-être que je m'en serais souvenu, mais je n'y ai même pas pensé. Une tentative de construire tout le concept de la campagne publicitaire de l'opérateur autour d'emballages de bonbons inutiles semblerait très absurde. Pourtant, ils annoncent généralement ce que l'entreprise se compare favorablement à ses concurrents, et non l'inverse. C'est aussi de ma faute si un cadeau trop généreux ne m'a pas alerté : 100% de cashback, ne serait-ce que le premier mois, ce serait vraiment beaucoup s'ils ne payaient pas avec des emballages de bonbons.

Opérateurs, travaillez sur les erreurs

Pas comme une publicité, mais juste comme une illustration de ce à quoi devrait ressembler un cashback vraiment utile. Supprimez le réapprovisionnement du solde de cette liste et le cashback devient peu utile. Je ne veux pas dire que le cashback dans MegaFon est généralement inutile, certaines personnes auront besoin du Contrôle Parental et/ou d'un antivirus. Eh bien, considérons ce format de cashback comme une participation au programme de fertilité.

Opérateurs, travaillez sur les erreurs

On m'a dit que le fichier pdf de la description permet de dépenser de l'argent pour payer les services de communication (voir ci-dessus), et le pdf est traditionnellement considéré comme la source principale, à laquelle il est fait référence en cas de description incompréhensible ou trop courte sur le site. Il n'y a pas d'erreur ici, il y a un jeu de mots. Il ne dit pas "réduction sur tous les services de communication", n'est-ce pas ? Et, par exemple, MegaFon.TV peut être considéré (et est considéré) comme un service de communication, vous vous souvenez de la blague sur le fait de tirer un hibou sur un globe ? Un bon avocat et une souris tireront sur le globe, souvenir béni du pauvre animal.

À propos de la non-annulation de l'itinérance sur les tarifs d'entreprise

C'est vraiment le hit de la saison et le triomphe des bons avocats. Il faut supposer que c'est aussi un défaut des législateurs, mais je ne vais pas commenter leurs actions. Ils ont rédigé la loi sur la punition pour manque de respect pour eux-mêmes sans failles, et, comme nous pouvons le voir, cette loi fonctionne. Testez-vous et, si vous le souhaitez, portez plainte auprès de la CEDH.

Opérateurs, corrections de bugs

Je n'ai donc pas osé commenter la réponse dans les commentaires d'un participant respecté avec un surnom en écriture arabe. J'ai senti dans mes tripes que tout n'est pas si simple ici, bien que le commentaire en général et la perplexité sur le «silence du SAF» (que vous ne pouvez pas appeler «les agneaux») semblaient absolument corrects. En effet, comment ça ? L'itinérance intra-réseau en Russie en termes d'appels entrants gratuits a été annulée ! La loi ne devrait pas voir la différence entre le tarif corporatif et public, ou quoi? Il s'avère qu'il y a une différence, et la loi est obligée de voir cette différence. Et s'il ne le voit pas, alors de bons avocats montreront, inciteront et expliqueront de manière populaire, ils sont payés pour cela.

Total, en résumé : l'accord de l'opérateur avec une entreprise cliente (organisation) n'a pas d'effet rétroactif et continue d'être valide, la nouvelle loi n'a pas annulé cette disposition de l'accord. Il aurait probablement pu l'annuler avec un article séparé, mais il ne voulait pas le faire. Soit l'opérateur qui a préparé le projet de loi pour le ministère des Télécoms et des Communications de masse a décidé de ne pas le faire, cet ordre du "processus législatif" n'est plus un secret et est même confirmé par la paternité vulgaire de documents en Word , suite à cette "crevaison" (le ministère des Télécoms et des Communications de masse n'a même pas pris la peine de "anonymiser" le fichier) tout l'Internet spécialisé a rigolé ensemble. D'une manière ou d'une autre, le résultat est beau et juridiquement irréprochable : pour les détenteurs de tarifs d'archives d'entreprise (et il y en a plus qu'assez), la loi sur "l'abolition du roaming" ne s'applique pas, à partir du 1er juin, aux appels entrants en itinérance intranet être payé pour eux. Ou restez payé, selon l'opérateur et la version du tarif.

Selon des rumeurs non entièrement confirmées, MTS et MegaFon se sont penchés vers cette version de la lecture de la loi. Je ne sais pas pour Tele2 (l'expérience personnelle est le meilleur professeur), Beeline a jusqu'à présent préféré réinitialiser le VRC inclus dans tout le monde. Tapez, il sera plus coûteux de traiter de nombreuses réclamations. Qui finira par avoir raison dans les lignes sèches des rapports comptables ? Nous ne le saurons jamais, il est peu probable que les opérateurs publient de telles statistiques, même pour les actionnaires.

Et les propriétaires des tarifs d'entreprise d'archivage MTS et MegaFon doivent simplement tenir compte de ce fait. De nombreux mots courts sont écrits sur les clôtures, mais tous ces mots ne se traduisent pas par "gratuit" et ne s'appliquent pas spécifiquement à votre cas. Avec les lois, tout est à peu près pareil, malheureusement.

Yota, nouvelle calculatrice et anlim mobile

J'écris, pourrait-on dire, "à la demande des travailleurs". Les abonnés adorent leur Yota et me bottent régulièrement pour le manque d'attention de cet opérateur. En fait, pourquoi ne pas aimer Yota ? Les solutions tarifaires ont toujours été et restent pour le moins intéressantes et inhabituelles. Yota n'a pas peur d'expérimenter, et ce qui ne marche pas toujours bien, c'est un "coût de production" tout à fait naturel. De plus, les réalités économiques actuelles obligent les opérateurs à surveiller de très près l'ARPU. J'ai relu ma critique il y a un peu plus d'un an, j'ai failli fondre en larmes de tendresse nostalgique. Eh, nous n'avons pas apprécié notre bonheur tarifaire, nous ne l'avons pas apprécié !

Opérateurs, travaillez sur les bogues

Maintenant, Yota propose à Moscou Internet illimité pour un smartphone au prix de 390 roubles par mois, pour la capitale c'est tout à fait "sur le marché". Je tiens à attirer votre attention sur le fait qu'un forfait de trafic généreux de 50 Go coûtera 364 roubles. 71 kopecks, c'est-à-dire pas beaucoup moins cher. Mais sans les restrictions inévitables pour anlim. Mais ici chacun choisit ce qui lui convient le mieux en termes de caractéristiques, et n'oublie pas le confort psychologique de l'illimité, pour beaucoup c'est important.

Au maximum des chiffres du forfait Internet mobile à Yota, le prix est de 0,91 roubles. Par gigaoctet de trafic. Je ne vois pas l'intérêt de rechercher et de comparer les tarifs d'autres opérateurs pour ce paramètre, mais un gigaoctet est moins cher qu'un rouble - sinon un record, du moins un beau chiffre. Quant à la répartition des prix dans les différentes régions, ici aussi la différence est presque un record. Ils ont écrit que dans la "ville des épouses", Ivanovo Yota estimait son anlim mobile à 139 roubles par mois. Ces derniers temps, Eldar aime comparer le coût des services avec le prix d'une tasse de café : j'ai bien peur qu'à Moscou, pour le prix mensuel d'Ivanovo illimité, vous n'ayez pas une tasse de café partout. En général, selon les critiques, dans les dernières formes de tarifs, les prix ont augmenté de quelques dizaines de roubles. Compte tenu de l'augmentation de la TVA et de la croissance régulière des autres prix, une telle augmentation de prix me semble tout à fait raisonnable.

Opérateurs, travaillez sur les erreurs

Yota a fait du bon travail en corrigeant les bugs, j'ai aimé le nouvel ajusteur tarifaire "lisse" (pour moi). Peut-être que personne n'a besoin d'une telle précision, mais c'est bien. Naturellement, dans les positions extrêmes des réglages, il y a toutes sortes d'anomalies comme 7,36 roubles. pour une minute de conversation, dont ce n'est pas un péché de se moquer. Les utilisateurs en colère se souviennent encore de la grave erreur de calcul marketing de Yota, lorsque le calculateur de tarif mis "à zéro" a donné un total de 200 roubles par mois comme abonné minimum possible. Vous et moi comprenons tout, mais nous n'aurions pas dû le démontrer aussi ouvertement, les gens n'aimaient pas ça. Le bogue a été corrigé, et maintenant le compte à rebours commence à 1 Go par mois. Si nous prenons le prix moyen d'un gigaoctet de trafic dans un paquet d'environ un rouble et demi, nous obtenons environ les mêmes 200 roubles. comme point de départ.

C'est dommage, bien sûr, qu'ils aient supprimé la possibilité de ne laisser que certains services dans le tarif. Le constructeur était unique, permettant de construire un tarif pour les profils les plus atypiques et en même temps de ne rien payer de plus. Par exemple, seulement YouTube et WhatsApp Messenger illimités ensemble pour seulement 95 roubles / mois, que faut-il d'autre pour un bonheur complet? Ou SMS illimités pour 50 roubles. plus quelques messagers pour 20 roubles. d'une part, voici un tarif idéal tout prêt pour les malentendants pour un prix dérisoire, et il n'était pas nécessaire d'inventer des offres spéciales.

D'accord, c'est une chose du passé, ils l'ont oublié et l'ont accepté. Aujourd'hui, dans la configuration minimale, Yota à Moscou propose 1 Go de trafic pour 225 roubles, rassemblez tout le reste dans un forfait selon vos goûts/besoins d'argent supplémentaire.

À propos des priorités réelles et imaginaires

Puisque nous parlons de Yota, les discussions constantes sur la façon dont MegaFon restreint (ou ne restreint pas ?) les abonnés Yota qui sont forcés d'accéder à son réseau sont "dans le sujet". Un sujet glissant, et personne ne partagera d'informations fiables avec nous pour des raisons assez évidentes.

Opérateurs, travaillez sur les bugs

Et même parmi ceux qui discutent, il n'y a pas de consensus. Certains affirment avec assurance que les priorités sont un mythe et qu'ils n'ont constaté aucune « atteinte aux droits ». D'autres affirment avec la même confiance qu'il existe des priorités et que la vitesse des abonnés Yota dans le réseau MegaFon peut être presque plusieurs fois inférieure. Qui a raison? Si nous supposons que des priorités existent, alors probablement pas partout, mais seulement dans certaines régions. Cela dépend peut-être de l'heure de la journée et de la charge du réseau. J'ai en quelque sorte suggéré que Yota, depuis l'époque de WiMax, dispose d'un logiciel très avancé pour le contrôle dynamique de la vitesse en fonction de la charge sur la BS, presque séparément pour chaque secteur. Peut-être que la variante d'un logiciel similaire dans MegaFon est moins efficace, donc pour les abonnés Yota, ils réduisent la vitesse, économisant la ressource pour «la leur».

Le débat atone sur ce sujet sera éternel, car chacun a "sa propre vérité" et sa propre expérience personnelle. Le nombre croissant d'opérateurs virtuels ajoute également à la méfiance. Que se passera-t-il quand/si la pratique du partage des infrastructures se généralise ! Un terrain fertile pour toutes sortes de théories du complot et de soupçons de "guerres de guérilla".

Opérateurs, dépannage

Y compris mon travail sur mes propres erreurs en termes de cashback de MegaFon. À propos de l'itinérance intranet : les bons avocats des opérateurs lisent bien et correctement la loi, et les utilisateurs des tarifs d'entreprise paieront toujours les appels entrants en itinérance intranet. À propos de l'illimité relativement nouveau chez Yota et de la structure tarifaire de cet opérateur dans son ensemble.

À propos du cashback dans MegaFon

J'ai écrit à ce sujet récemment, vous pouvez le lire ici. Je crains que cette partie de l'examen ne soit beaucoup moins amicale si je n'avais pas simplement oublié que dans MegaFon, vous ne pouvez pas dépenser de cashback pour recharger le solde de votre téléphone. Bien qu'il ait lui-même écrit une fois à ce sujet dans une critique ici, je cite :

"Cashback est crédité uniquement pour les frais d'abonnement et pour les services de communication en itinérance internationale. Autant que je sache, toutes sortes de jeux avec reconstitution du solde, accumulation de cashback et retrait ultérieur d'argent sont arrêtés «dans la vigne» par le fait qu'ils accumulent du cashback uniquement sur les frais mensuels réellement radiés. Il est impossible de convertir le cashback en argent « vivant », et il est également impossible de reconstituer le solde avec cette « monnaie virtuelle ». En ce sens, l'ancien programme de bonus non moderne et non progressif était beaucoup plus large, plus convivial et flexible, en plus de toutes sortes de "bonbons" pour les bonus, il était possible de reconstituer le solde. Oui, avec un taux de change peu aimable pour convertir les bonus en roubles, mais c'était possible. Et le cashback actuel, franchement, n'a rien à voir avec le mot "cash" (argent), un tel paradoxe. Si les étoiles convergent avec succès, il sera alors possible d'économiser de vrais roubles lors de l'achat dans le salon MegaFon Retail. Sachant qu'il est peu probable qu'il soit possible d'économiser du cashback pour payer quelque chose de solide, l'argent virtuel accumulé s'épuise après 12 mois.

Pas comme une publicité, mais juste comme une illustration de ce à quoi devrait ressembler un cashback vraiment utile. Supprimez le réapprovisionnement du solde de cette liste et le cashback devient peu utile. Je ne veux pas dire que le cashback dans MegaFon est généralement inutile, certaines personnes auront besoin du Contrôle Parental et/ou d'un antivirus. Eh bien, considérons ce format de cashback comme une participation au programme de fertilité.

On m'a dit que le fichier pdf de la description permet de dépenser de l'argent pour payer les services de communication (voir ci-dessus), et le pdf est traditionnellement considéré comme la source principale, à laquelle il est fait référence en cas de description incompréhensible ou trop courte sur le site. Il n'y a pas d'erreur ici, il y a un jeu de mots. Il ne dit pas "réduction sur tous les services de communication", n'est-ce pas ? Et, par exemple, MegaFon.TV peut être considéré (et est considéré) comme un service de communication, vous vous souvenez de la blague sur le fait de tirer un hibou sur un globe ? Un bon avocat et une souris tireront sur le globe, souvenir béni du pauvre animal.

À propos de la non-annulation de l'itinérance sur les tarifs d'entreprise

C'est vraiment le hit de la saison et le triomphe des bons avocats. Il faut supposer que c'est aussi un défaut des législateurs, mais je ne vais pas commenter leurs actions. Ils ont rédigé la loi sur la punition pour manque de respect pour eux-mêmes sans failles, et, comme nous pouvons le voir, cette loi fonctionne. Testez-vous et, si vous le souhaitez, portez plainte auprès de la CEDH.

Je n'ai donc pas osé commenter la réponse dans les commentaires d'un participant respecté avec un surnom en écriture arabe. J'ai senti dans mes tripes que tout n'est pas si simple ici, bien que le commentaire en général et la perplexité sur le «silence du SAF» (que vous ne pouvez pas appeler «les agneaux») semblaient absolument corrects. En effet, comment ça ? L'itinérance intra-réseau en Russie en termes d'appels entrants gratuits a été annulée ! La loi ne devrait pas voir la différence entre le tarif corporatif et public, ou quoi? Il s'avère qu'il y a une différence, et la loi est obligée de voir cette différence. Et s'il ne le voit pas, alors de bons avocats montreront, inciteront et expliqueront de manière populaire, ils sont payés pour cela.

Total, en résumé : l'accord de l'opérateur avec une entreprise cliente (organisation) n'a pas d'effet rétroactif et continue d'être valide, la nouvelle loi n'a pas annulé cette disposition de l'accord. Il aurait probablement pu l'annuler avec un article séparé, mais il ne voulait pas le faire. Ou l'opérateur qui a préparé le projet de loi pour le ministère des Télécoms et des Communications de masse a décidé de ne pas le faire, cet ordre du "processus législatif" n'est plus un secret et est confirmé même par la paternité vulgaire de documents dans Word, au-dessus de cela "crevaison" (le ministère des Télécoms et des Communications de masse n'a même pas pris la peine de "dépersonnaliser" le dossier) déjà tout le profil Internet riait à l'unisson. D'une manière ou d'une autre, le résultat est beau et juridiquement irréprochable : pour les détenteurs de tarifs d'archives d'entreprise (et il y en a plus qu'assez), la loi sur "l'abolition du roaming" ne s'applique pas, à partir du 1er juin, aux appels entrants en itinérance intranet être payé pour eux. Ou restez payé, selon l'opérateur et la version du tarif.

En résumé, l'essentiel : le contrat de l'opérateur avec une entreprise cliente (organisation) n'a pas d'effet rétroactif et continue d'être en vigueur, la nouvelle loi n'a pas abrogé cette disposition du contrat. Il aurait probablement pu l'annuler avec un article séparé, mais il ne voulait pas le faire. Ou l'opérateur qui a préparé le projet de loi pour le ministère des Télécoms et des Communications de masse a décidé de ne pas le faire, cet ordre du "processus législatif" n'est plus un secret et est confirmé même par la paternité vulgaire de documents dans Word , devant cette "crevaison" (le ministère des Télécoms et des Communications de masse n'a même pas pris la peine d'"anonymiser" le dossier) tout l'Internet spécialisé a ri à l'unisson. D'une manière ou d'une autre, le résultat est beau et juridiquement irréprochable : pour les détenteurs de tarifs d'archives d'entreprise (et il y en a plus qu'assez), la loi sur "l'abolition du roaming" ne s'applique pas, à partir du 1er juin, aux appels entrants en itinérance intranet être payé pour eux. Ou rester payé, selon l'opérateur et la version du tarif.

Selon des rumeurs non entièrement confirmées, MTS et MegaFon se sont penchés vers cette version de la lecture de la loi. Je ne sais pas pour Tele2 (l'expérience personnelle est le meilleur professeur), Beeline a jusqu'à présent préféré réinitialiser tout le monde inclus dans le HRV. Tapez, il sera plus coûteux de traiter de nombreuses réclamations. Qui finira par avoir raison dans les lignes sèches des rapports comptables ? Nous ne le saurons jamais, il est peu probable que les opérateurs publient de telles statistiques, même pour les actionnaires.

Et les propriétaires des tarifs d'entreprise d'archivage MTS et MegaFon doivent simplement tenir compte de ce fait. De nombreux mots courts sont écrits sur les clôtures, mais tous ces mots ne se traduisent pas par "gratuit" et ne s'appliquent pas spécifiquement à votre cas. Avec les lois, tout est à peu près pareil, malheureusement.

Yota, nouvelle calculatrice et anlim mobile

J'écris, pourrait-on dire, "à la demande des travailleurs". Les abonnés adorent leur Yota et me bottent régulièrement pour le manque d'attention de cet opérateur. En fait, pourquoi ne pas aimer Yota ? Les solutions tarifaires ont toujours été et restent pour le moins intéressantes et inhabituelles. Yota n'a pas peur d'expérimenter, et ce qui ne marche pas toujours bien, c'est un "coût de production" tout à fait naturel. De plus, les réalités économiques actuelles obligent les opérateurs à surveiller de très près l'ARPU. J'ai relu ma critique il y a un peu plus d'un an, j'ai failli fondre en larmes de tendresse nostalgique. Eh, nous n'avons pas apprécié notre bonheur tarifaire, nous ne l'avons pas apprécié !

Maintenant, Yota propose à Moscou Internet illimité pour un smartphone au prix de 390 roubles par mois, pour la capitale c'est tout à fait "sur le marché". Je tiens à attirer votre attention sur le fait qu'un forfait de trafic généreux de 50 Go coûtera 364 roubles. 71 kopecks, c'est-à-dire pas beaucoup moins cher. Mais sans les restrictions inévitables pour anlim. Mais ici chacun choisit ce qui lui convient le mieux en termes de caractéristiques, et n'oublie pas le confort psychologique de l'illimité, pour beaucoup c'est important.

Au maximum des chiffres du forfait Internet mobile à Yota, le prix est de 0,91 roubles. Par gigaoctet de trafic. Je ne vois pas l'intérêt de rechercher et de comparer les tarifs d'autres opérateurs pour ce paramètre, mais un gigaoctet est moins cher qu'un rouble - sinon un record, du moins un beau chiffre. Quant à la répartition des prix dans les différentes régions, ici aussi la différence est presque un record. Ils ont écrit que dans la "ville des épouses", Ivanovo Yota estimait son anlim mobile à 139 roubles par mois. Ces derniers temps, Eldar aime comparer le coût des services avec le prix d'une tasse de café : j'ai bien peur qu'à Moscou, pour le prix mensuel d'Ivanovo illimité, vous n'ayez pas une tasse de café partout. En général, selon les critiques, dans les dernières formes de tarifs, les prix ont augmenté de quelques dizaines de roubles. Compte tenu de l'augmentation de la TVA et de la croissance régulière des autres prix, une telle augmentation de prix me semble tout à fait raisonnable.

Yota a fait du bon travail en corrigeant les bugs, j'ai aimé le nouvel ajusteur tarifaire "lisse" (pour moi). Peut-être que personne n'a besoin d'une telle précision, mais c'est bien. Naturellement, dans les positions extrêmes des réglages, il y a toutes sortes d'anomalies comme 7,36 roubles. pour une minute de conversation, dont ce n'est pas un péché de se moquer. Les utilisateurs en colère se souviennent encore de la grave erreur de calcul marketing de Yota, lorsque le calculateur de tarif mis "à zéro" a donné un total de 200 roubles par mois comme abonné minimum possible. Vous et moi comprenons tout, mais nous n'aurions pas dû le démontrer aussi ouvertement, les gens n'ont pas aimé. Le bogue a été corrigé, et maintenant le compte à rebours commence à 1 Go par mois. Si nous prenons le prix moyen d'un gigaoctet de trafic dans un paquet d'environ un rouble et demi, nous obtenons environ les mêmes 200 roubles. comme point de départ.

C'est dommage, bien sûr, qu'ils aient supprimé la possibilité de ne laisser que certains services dans le tarif. Le constructeur était unique, permettant de construire un tarif pour les profils les plus atypiques et en même temps de ne rien payer de plus. Par exemple, seulement YouTube et WhatsApp Messenger illimités ensemble pour seulement 95 roubles / mois, que faut-il d'autre pour un bonheur complet? Ou SMS illimités pour 50 roubles. plus quelques messagers pour 20 roubles. d'une part, voici un tarif idéal tout prêt pour les malentendants pour un prix dérisoire, et il n'était pas nécessaire d'inventer des offres spéciales.

D'accord, c'est une chose du passé, ils l'ont oublié et l'ont accepté. Aujourd'hui, dans la configuration minimale, Yota à Moscou propose 1 Go de trafic pour 225 roubles, rassemblez tout le reste dans un forfait selon vos goûts/besoins d'argent supplémentaire.

À propos des priorités réelles et imaginaires

Puisque nous parlons de Yota, les discussions constantes sur la façon dont MegaFon restreint (ou ne restreint pas ?) les abonnés Yota qui sont forcés d'accéder à son réseau sont "dans le sujet". Un sujet glissant, et personne ne partagera d'informations fiables avec nous pour des raisons assez évidentes.

Et même parmi ceux qui discutent, il n'y a pas de consensus. Certains affirment avec assurance que les priorités sont un mythe et qu'ils n'ont constaté aucune « atteinte aux droits ». D'autres affirment avec la même confiance qu'il existe des priorités et que la vitesse des abonnés Yota dans le réseau MegaFon peut être presque plusieurs fois inférieure. Qui a raison? Si nous supposons que des priorités existent, alors probablement pas partout, mais seulement dans certaines régions. Cela dépend peut-être de l'heure de la journée et de la charge du réseau. J'ai en quelque sorte suggéré que Yota, depuis l'époque de WiMax, dispose d'un logiciel très avancé pour le contrôle dynamique de la vitesse en fonction de la charge sur la BS, presque séparément pour chaque secteur. Peut-être que la variante d'un logiciel similaire dans MegaFon est moins efficace, donc pour les abonnés Yota, ils réduisent la vitesse, économisant la ressource pour «la leur».

Le débat atone sur ce sujet sera éternel, car chacun a "sa propre vérité" et sa propre expérience personnelle. Le nombre croissant d'opérateurs virtuels ajoute également à la méfiance. Que se passera-t-il quand/si la pratique du partage des infrastructures se généralise ! Un terrain fertile pour toutes sortes de théories du complot et de soupçons de "guerres de guérilla".