Opérateurs : Utile

Bien qu'utile et non "tout ce qui est entré dans le téléphone", il vaut mieux que le titre soit court. Tele2 devient Rostelecom (ou l'inverse ?), désormais officiellement. Statistiques inattendues sur la transmission de données aux Jeux olympiques de Sotchi. "Rappel" dans Beeline, compteur de trafic dans MTS identification de la propriété du numéro et autres nouvelles.

La marque Tele2 perdurera

La question de la fusion de Rostelecom et Tele2 a été discutée pendant longtemps, maintenant c'est arrivé officiellement. Tele2 et Rostelecom ont signé un accord de coentreprise (JV). En vertu de l'accord, Rostelecom transfère ses actifs mobiles à la coentreprise, devenant l'un des actionnaires de la société combinée. La coentreprise est créée sur la base de T2 RTK Holding LLC, qui détient toutes les sociétés d'exploitation de Tele2.

Au premier stade de l'intégration, sept filiales des sociétés de téléphonie mobile de Rostelecom passent à Tele2 : SkyLink, Nizhny Novgorod Cellular Communications, Baikalwestcom, BIT, Volgograd GSM, Yenisei Telecom et AKOS. Lors de la deuxième étape de la transaction, l'entreprise commune comprendra RT-Mobile LLC, au bilan de laquelle Rostelecom transfère des licences fédérales pour LTE (2,3 - 2,4 GHz, 800 MHz et 2,5 - 2,7 GHz), des activités cellulaires sur l'Oural, des équipements et contrats.

Une capture d'écran amusante avec une offre de beaux numéros Beeline (+7 903). Le concepteur a sûrement "joué un tour" par inadvertance en choisissant le code DEF de la forme la plus appropriée. La société unie T2 RTK Holding aura une base d'abonnés d'environ 38 millions de personnes dans plus de 60 régions de Russie, l'opérateur opérera sous la marque Tele2. C'est probablement la bonne décision, la réputation de la marque Tele2 elle-même « vaut beaucoup ». C'est bien que les craintes exprimées qu'un nouveau nom vague "T2 RTK" apparaisse ne se soient pas concrétisées.

Les licences (y compris 3G/4G) transférées au nouvel opérateur fédéral permettront de déployer des réseaux dans tous les districts fédéraux de la Fédération de Russie, ainsi qu'à Moscou, c'est important. Les stations de base 3G sont déjà souvent remarquées sur les ondes, mais jusqu'à présent, personne n'a pu s'inscrire sur le nouveau réseau.

MegaFon : réglage de l'eurotarif

Vous pouvez lire les nouvelles sur l'augmentation des prix ici, le fameux "Eurotarif" a augmenté de prix. Vous trouverez ci-dessous une liste des nouveaux prix, les anciens prix entre parenthèses.

  • Le coût d'une minute d'appel entrant est de 9 (6) roubles
  • Le coût d'une minute d'appel sortant vers la Russie est de 19 (16) roubles
  • Le coût d'une minute d'appel sortant dans le pays d'accueil est de 19 (16) roubles
  • Le coût d'une minute d'appel sortant vers d'autres pays est de 129 (119) roubles
  • SMS sortant - 9 (6) roubles
  • 1 mégaoctet de trafic GPRS — 90 (50) roubles

Je voudrais citer "mon bien-aimé" et rappeler la partie récapitulative de la revue "Eurotarif", rédigée lors de sa parution fin 2011 :

"Les nouveaux prix sont très satisfaisants. Pour ceux qui voyagent dans les pays de l'Eurotarif, cela n'a aucun sens de s'embêter avec des cartes SIM touristiques maintenant. Et je le répète : l'essentiel est que les nouveaux prix soient automatiques pour tous les tarifs et ne soient pas une option-promotion plug-in. C'est l'humanisme et la différence fondamentale entre « l'Eurotarif » et les autres propositions des « Trois Grands ». Dites ce que vous voulez, mais beaucoup de gens s'embrouillent dans les options, oublient de les éteindre, connectent les mauvaises choses, etc. Encore plus de gens ne soupçonnent même pas l'existence d'options tarifaires ou sont trop paresseux pour les contacter par souci de "quelques minutes d'appels et de SMS". Selon la loi de la méchanceté, "quelques appels de quelques minutes" s'avèrent généralement n'être ni un couple ni une minute. Pour ces paresseux, négligents et "malchanceux", qui sont très nombreux, les économies seront vraiment "plus de 5 à 9 fois" annoncées dans le communiqué de presse. Il ne fait aucun doute que d'autres concurrents répondront à cette initiative. La question est de savoir quand et sous quel format, nous attendons avec intérêt."

Le problème est que nous n'avons pas attendu une réponse symétrique, nos collègues concurrents n'ont pas coupé la poule aux œufs d'or. Motivant par le fait que les gens "au courant" des options savent, et ceux qui ne le savent pas, que le mal Pinocchio à lui-même et le laisse payer 59 roubles chacun. par minute de conversation et 750 roubles. par mégaoctet d'Internet mobile. C'est triste, mais dans une telle situation de marché, l'ajustement des prix de l'eurotarif n'était qu'une question de temps. Cela pourrait être pire, après tout, les 9 roubles actuels. nettement moins que le "marché" 59.

Contrastes olympiques

MegaFon a publié des statistiques intéressantes sur les appels, les SMS et la transmission de données le jour de l'ouverture des Jeux Olympiques à Sotchi.

L'image complète est disponible en cliquant, je vous recommande de vous familiariser avec les chiffres. 400 gigaoctets de trafic, même en seulement trois heures et demie, ne donnent pas extérieurement l'impression de quelque chose de scandaleux, mais il ne s'agit pas de télécharger des films via des torrents. Tout ce trafic était généré par des milliers d'appareils mobiles, et la charge globale sur le segment de réseau était lourde. Surtout dans les moments d'ouverture les plus spectaculaires. Faites également attention aux nombres 15% et 50%. Les téléspectateurs avec des appareils 4G se sont avérés être seulement 15%, mais ils ont réussi à transférer la moitié de tout le trafic. Et c'est dans des conditions où les données "fonctionnaient" très rapidement sur le réseau 3G. Cette statistique suggère également qu'avec la 4G, les gens utiliseront l'Internet mobile beaucoup plus activement. Le niveau actuel de consommation est largement déterminé par les capacités techniques des réseaux, et non par le désir des utilisateurs. Et plus intéressant : les analystes prédisent la part du LTE dans 15 % de la masse totale des abonnés seulement fin 2017. S'il s'avère qu'ils ont raison dans leurs hypothèses, alors le public lors de l'ouverture à Sotchi avait plusieurs années d'avance sur la moyenne mondiale.

Sur la question de l'itinérance nationale inter-réseaux à Sotchi. En effet, conformément à l'accord conclu, les abonnés des opérateurs russes peuvent s'inscrire sur le réseau MegaFon et utiliser, entre autres, la transmission de données. Ceci est particulièrement important à l'intérieur des sites olympiques, où seul le réseau de MegaFon fonctionne correctement, qui est "responsable" des communications mobiles en tant que partenaire général. L'itinérance Internet à vos tarifs "domicile" sans surcoût, c'est bien, et le ministre des Communications lui-même rappelle régulièrement cette opportunité sur son Twitter. Le problème est que les prix de détail "à domicile" (environ 10 roubles par mégaoctet) peuvent surprendre. Consultez par exemple les tarifs du "sport roaming" Beeline. Il est clair que les Jeux olympiques n'ont pas lieu tous les mois et qu'un mégaoctet coûteux vaut mieux qu'aucun transfert de données du tout. Mais vous devez garder à l'esprit. Selon les statistiques, plus de 10 000 "transfuges" temporaires ont déjà été comptés dans le réseau de Sotchi de MegaFon, donc l'itinérance fonctionne.

Quelques mots sur la "couverture" de l'événement par des journalistes individuels. Eldar a écrit un texte émouvant sur ce sujet dans son blog. Je suis tout à fait d'accord avec lui, je ne vois juste pas l'intérêt de me répéter. Mais je voudrais souligner les technologies modernes de manipulation de l'opinion publique, pour lesquelles nous n'étions pas prêts.

Un bon exemple est quelques comptes Twitter créés spécifiquement pour, pour ainsi dire, "exposer" les lacunes de la préparation aux jeux. Cela avait l'air crédible et les collections de photos étaient populaires. Ce plat a été préparé avec une odeur selon une recette simple mais très efficace. Des faits réels tels qu'une poignée de porte détachée ou des débris de construction dans le hall ont servi de cadre et d'arrière-plan à de vieilles photographies tirées du net, qui n'avaient rien à voir avec Sotchi. Une photo d'eau du robinet rouillée a été vue pour la première fois dans les nouvelles sur Zhytomyr (2012), une photo de chiens errants morts "est venue" de Donetsk (également en 2012), une des photos de toilettes est venue de Kazan, etc. De plus, ces fausses photos ont été commentées avec soin, sans indiquer le lieu d'origine. Formellement, vous ne pouvez pas trouver à redire : eh bien, une personne a posté une photo avec le commentaire "Quelle horreur qui coule de mon robinet !?" N'est-ce pas possible ? Ce n'est même pas Photoshop, bien que Photoshop ait été "noté" sur Twitter plus d'une fois. Et le fait que les chers lecteurs associent la photo aux Jeux olympiques de Sotchi est leur problème.

MTS : compteur de trafic

Une solution intéressante et utile pour clarifier le reste du trafic plein débit d'un forfait Internet. A en juger par le nom de la page http://interceptor.mts.ru (Interceptor, "interceptor"), un attaquant est attendu sur ce compteur en cas d'approche de la limite et en l'atteignant.

Cela fonctionne également sur les options de la catégorie BIT avec une limite de trafic quotidienne, de manière pratique. Surtout avec les appareils qui ne permettent pas d'envoyer des SMS et des commandes USSD. Vous pouvez non seulement voir le reste du trafic, mais également connecter le "bouton Turbo" directement sur cette page.

Il y a une subtilité avec la connexion « bouton Turbo » : les versions proposées pour la connexion ne sont pas destinées aux BIT, elles le sont aux autres options Internet. Ceci est indiqué dans la description sur le lien de cette page, mais qui lit les descriptions avec nous ? Selon les rumeurs, lorsque vous essayez de connecter un tel «bouton Turbo» à BIT, l'argent pour la connexion est retiré, mais le «bouton» n'est pas activé. Peut-être amèneront-ils le système à une perfection intellectuelle complète et offriront-ils la version correcte du «bouton» en fonction du tarif. Mais même sous cette forme, ce n'est pas mal, une chose utile.

À cet égard, je voudrais rappeler à Beeline son compteur de trafic sur les autoroutes. Il y a plus de deux semaines, ils ont accidentellement montré un compteur de travail et promis très bientôt dans le format de test bêta, nous attendons.

Une autre amélioration de MTS "dans le sujet". Il s'avère que lorsque vous entrez sur le site via le réseau MTS et visitez la page avec une description des options, le site vérifie la liste des services connectés au numéro et ajoute le bouton "Se connecter" à la description des options disponibles pour connexion. Pour ainsi dire, "sur place" et sans aucun assistant Internet. Bonne idée.

"Remplacement de numéro"

Une vague de liens et de commentaires sur le "nouveau mécanisme d'escroquerie" a déferlé sur Internet.

Soi-disant, une personne reçoit un SMS d'apparence innocente concernant une voiture rayée, se précipite pour appeler le numéro de l'expéditeur et reçoit une radiation du compte d'une somme d'argent absurde. De nombreuses publications se sont "marquées" dans des discussions réfléchies sur la substitution d'un numéro payant et une nouvelle recette pour les escrocs.

Les appels vers ce numéro particulier ont été facturés normalement le lendemain (beaucoup ont vérifié), et personnellement, je doute fortement de la plausibilité de cette histoire. J'ai essayé de contacter plusieurs auteurs de "rapports" sur ce sujet et de savoir s'ils voyaient un tel "live" accompagné d'une ligne du détail, hélas. Aucun des auteurs n'a voulu parler de ce sujet. Techniquement, il n'est pas difficile de substituer n'importe quel numéro de téléphone dans le champ "expéditeur", nous le voyons tous les jours dans les spams SMS entrants. Mais forcer le téléphone à composer un autre numéro (payant) lors de l'appel ne fonctionnera pas. Le propriétaire du numéro «break through» peut définir le renvoi vers un numéro payant du pool, par exemple le 8 902, mais dans ce cas, il paiera lui-même pour un tel appel. La seule option plausible est d'indiquer le numéro payant pour l'appel dans le texte du message SMS, mais ce n'était pas dans la capture d'écran. Étrange histoire avec plusieurs messages et ce qui semble être une seule capture d'écran comme source de tout le battage médiatique. Je suppose une coïncidence approximative dans le temps de l'appel avec une autre radiation d'argent du compte. Ou, dans la théorie du complot, on pourrait supposer une préparation médiatique virale pour une supposée interdiction légale de l'usurpation d'appelants et de messages. En tout cas, attendons le développement de cette mystérieuse histoire. Si tel suit.

Tapez le numéro

Le nombre de demandes de portage d'un numéro vers un autre réseau a déjà approché les 100 000. Pas grand-chose à l'échelle de la Russie, mais le processus est en cours. Et la question de déterminer la propriété d'un numéro devient pertinente, beaucoup ont peur de surpayer les appels vers un numéro qui a cessé d'être "le leur", sur le net.

Les opérateurs vont toujours introduire un signal sonore d'avertissement, mais ils ne nous ont pas complètement laissés sans système d'aide. Il est clair que vous pouvez "percer" le numéro dans la base de données, mais n'allez-vous pas sur Internet avant chaque appel ? Les opérateurs des "trois grands" ont créé des commandes USSD qui vous permettent de clarifier la propriété du numéro. Dans MTS, c'est *916*9хх1234567#, dans Beeline *444*9хх1234567#, dans MegaFon *629*9хх1234567#.

Malgré la même essence des services, ils fonctionnent différemment. Le plus "laconique" s'est avéré être dans MTS, en réponse à une demande, l'opérateur signale uniquement si le numéro appartient au réseau MTS. Beeline en réponse envoie un message SMS indiquant l'opérateur et la région "d'enregistrement" du numéro.

MegaFon envoie une réponse USSD indiquant le réseau et la région. On peut tracer une logique dans les chiffres de l'équipe, mais ne pourraient-ils pas vraiment s'entendre sur une seule équipe, la même pour tous les opérateurs ? Ils fonctionnent également différemment lorsqu'ils ne composent qu'une demande USSD à trois chiffres : MegaFon envoie une réponse interactive vous demandant d'entrer un numéro de téléphone, MTS envoie une réponse indicative indiquant le format de la demande complète, Beeline n'est qu'un message d'erreur. D'accord, je ne vais pas râler, le résultat final est important. Mais c'est le cas, et vous pouvez vérifier le numéro sans aucun annuaire en ligne.

Vérifier les abonnements

Une autre "chose utile" est la commande USSD *505# dans MegaFon. En réponse à cette demande, ils envoient le nom et les paramètres des abonnements au contenu que vous avez réussi à récupérer sur Internet. Il vaudrait mieux, bien sûr, ne pas avoir du tout ces abonnements, mais tous les outils supplémentaires pour lutter contre ce fléau seront utiles.

Opérateurs : Utile

Bien qu'utile et non "tout ce qui est entré dans le téléphone", il vaut mieux que le titre soit court. Tele2 devient Rostelecom (ou l'inverse ?), désormais officiellement. Statistiques inattendues sur la transmission de données aux Jeux olympiques de Sotchi. "Rappel" dans Beeline, compteur de trafic dans MTS identification de la propriété du numéro et autres nouvelles.

La marque Tele2 perdurera

La question de la fusion de Rostelecom et Tele2 a été discutée pendant longtemps, maintenant c'est arrivé officiellement. Tele2 et Rostelecom ont signé un accord de coentreprise (JV). En vertu de l'accord, Rostelecom transfère ses actifs mobiles à la coentreprise, devenant l'un des actionnaires de la société combinée. La coentreprise est créée sur la base de T2 RTK Holding LLC, qui détient toutes les sociétés d'exploitation de Tele2.

Au premier stade de l'intégration, sept filiales des sociétés de téléphonie mobile de Rostelecom passent à Tele2 : SkyLink, Nizhny Novgorod Cellular Communications, Baikalwestcom, BIT, Volgograd GSM, Yenisei Telecom et AKOS. Lors de la deuxième étape de la transaction, l'entreprise commune comprendra RT-Mobile LLC, au bilan de laquelle Rostelecom transfère des licences fédérales pour LTE (2,3 - 2,4 GHz, 800 MHz et 2,5 - 2,7 GHz), des activités cellulaires sur l'Oural, des équipements et contrats.

Une capture d'écran amusante avec une offre de beaux numéros Beeline (+7 903). Le concepteur a sûrement "joué un tour" par inadvertance en choisissant le code DEF de la forme la plus appropriée. La société unie T2 RTK Holding aura une base d'abonnés d'environ 38 millions de personnes dans plus de 60 régions de Russie, l'opérateur opérera sous la marque Tele2. C'est probablement la bonne décision, la réputation de la marque Tele2 elle-même « vaut beaucoup ». C'est bien que les craintes exprimées qu'un nouveau nom vague "T2 RTK" apparaisse ne se soient pas concrétisées.

Les licences (y compris 3G/4G) transférées au nouvel opérateur fédéral permettront de déployer des réseaux dans tous les districts fédéraux de la Fédération de Russie, ainsi qu'à Moscou, c'est important. Les stations de base 3G sont déjà souvent remarquées sur les ondes, mais jusqu'à présent, personne n'a pu s'inscrire sur le nouveau réseau.

MegaFon : réglage de l'eurotarif

Vous pouvez lire les nouvelles sur l'augmentation des prix ici, le fameux "Eurotarif" a augmenté de prix. Vous trouverez ci-dessous une liste des nouveaux prix, les anciens prix entre parenthèses.

  • Le coût d'une minute d'appel entrant est de 9 (6) roubles
  • Le coût d'une minute d'appel sortant vers la Russie est de 19 (16) roubles
  • Le coût d'une minute d'appel sortant dans le pays d'accueil est de 19 (16) roubles
  • Le coût d'une minute d'appel sortant vers d'autres pays est de 129 (119) roubles
  • SMS sortant - 9 (6) roubles
  • 1 mégaoctet de trafic GPRS — 90 (50) roubles

Je voudrais citer "mon bien-aimé" et rappeler la partie récapitulative de la revue "Eurotarif", rédigée lors de sa parution fin 2011 :

"Les nouveaux prix sont très satisfaisants. Pour ceux qui voyagent dans les pays de l'Eurotarif, cela n'a aucun sens de s'embêter avec des cartes SIM touristiques maintenant. Et je le répète : l'essentiel est que les nouveaux prix soient automatiques pour tous les tarifs et ne soient pas une option-promotion plug-in. C'est l'humanisme et la différence fondamentale entre « l'Eurotarif » et les autres propositions des « Trois Grands ». Dites ce que vous voulez, mais beaucoup de gens s'embrouillent dans les options, oublient de les éteindre, connectent les mauvaises choses, etc. Encore plus de gens ne soupçonnent même pas l'existence d'options tarifaires ou sont trop paresseux pour les contacter par souci de "quelques minutes d'appels et de SMS". Selon la loi de la méchanceté, "quelques appels de quelques minutes" s'avèrent généralement n'être ni un couple ni une minute. Pour ces paresseux, négligents et "malchanceux", qui sont très nombreux, les économies seront vraiment "plus de 5 à 9 fois" annoncées dans le communiqué de presse. Il ne fait aucun doute que d'autres concurrents répondront à cette initiative. La question est de savoir quand et sous quel format, nous attendons avec intérêt."

Le problème est que nous n'avons pas attendu une réponse symétrique, nos collègues concurrents n'ont pas coupé la poule aux œufs d'or. Motivant par le fait que les gens "au courant" des options savent, et ceux qui ne le savent pas, que le mal Pinocchio à lui-même et le laisse payer 59 roubles chacun. par minute de conversation et 750 roubles. par mégaoctet d'Internet mobile. C'est triste, mais dans une telle situation de marché, l'ajustement des prix de l'eurotarif n'était qu'une question de temps. Cela pourrait être pire, après tout, les 9 roubles actuels. nettement moins que le "marché" 59.

Contrastes olympiques

MegaFon a publié des statistiques intéressantes sur les appels, les SMS et la transmission de données le jour de l'ouverture des Jeux Olympiques à Sotchi.

L'image complète est disponible en cliquant, je vous recommande de vous familiariser avec les chiffres. 400 gigaoctets de trafic, même en seulement trois heures et demie, ne donnent pas extérieurement l'impression de quelque chose de scandaleux, mais il ne s'agit pas de télécharger des films via des torrents. Tout ce trafic était généré par des milliers d'appareils mobiles, et la charge globale sur le segment de réseau était lourde. Surtout dans les moments d'ouverture les plus spectaculaires. Faites également attention aux nombres 15% et 50%. Les téléspectateurs avec des appareils 4G se sont avérés être seulement 15%, mais ils ont réussi à transférer la moitié de tout le trafic. Et c'est dans des conditions où les données "fonctionnaient" très rapidement sur le réseau 3G. Cette statistique suggère également qu'avec la 4G, les gens utiliseront l'Internet mobile beaucoup plus activement. Le niveau actuel de consommation est largement déterminé par les capacités techniques des réseaux, et non par le désir des utilisateurs. Et plus intéressant : les analystes prédisent la part du LTE dans 15 % de la masse totale des abonnés seulement fin 2017. S'il s'avère qu'ils ont raison dans leurs hypothèses, alors le public lors de l'ouverture à Sotchi avait plusieurs années d'avance sur la moyenne mondiale.

Sur la question de l'itinérance nationale inter-réseaux à Sotchi. En effet, conformément à l'accord conclu, les abonnés des opérateurs russes peuvent s'inscrire sur le réseau MegaFon et utiliser, entre autres, la transmission de données. Ceci est particulièrement important à l'intérieur des sites olympiques, où seul le réseau de MegaFon fonctionne correctement, qui est "responsable" des communications mobiles en tant que partenaire général. L'itinérance Internet à vos tarifs "domicile" sans surcoût, c'est bien, et le ministre des Communications lui-même rappelle régulièrement cette opportunité sur son Twitter. Le problème est que les prix de détail "à domicile" (environ 10 roubles par mégaoctet) peuvent surprendre. Consultez par exemple les tarifs du "sport roaming" Beeline. Il est clair que les Jeux olympiques n'ont pas lieu tous les mois et qu'un mégaoctet coûteux vaut mieux qu'aucun transfert de données du tout. Mais vous devez garder à l'esprit. Selon les statistiques, plus de 10 000 "transfuges" temporaires ont déjà été comptés dans le réseau de Sotchi de MegaFon, donc l'itinérance fonctionne.

Quelques mots sur la "couverture" de l'événement par des journalistes individuels. Eldar a écrit un texte émouvant sur ce sujet dans son blog. Je suis tout à fait d'accord avec lui, je ne vois juste pas l'intérêt de me répéter. Mais je voudrais souligner les technologies modernes de manipulation de l'opinion publique, pour lesquelles nous n'étions pas prêts.

Un bon exemple est quelques comptes Twitter créés spécifiquement pour, pour ainsi dire, "exposer" les lacunes de la préparation aux jeux. Cela avait l'air crédible et les collections de photos étaient populaires. Ce plat a été préparé avec une odeur selon une recette simple mais très efficace. Des faits réels tels qu'une poignée de porte détachée ou des débris de construction dans le hall ont servi de cadre et d'arrière-plan à de vieilles photographies tirées du net, qui n'avaient rien à voir avec Sotchi. Une photo d'eau du robinet rouillée a été vue pour la première fois dans les nouvelles sur Zhytomyr (2012), une photo de chiens errants morts "est venue" de Donetsk (également en 2012), une des photos de toilettes est venue de Kazan, etc. De plus, ces fausses photos ont été commentées avec soin, sans indiquer le lieu d'origine. Formellement, vous ne pouvez pas trouver à redire : eh bien, une personne a posté une photo avec le commentaire "Quelle horreur qui coule de mon robinet !?" N'est-ce pas possible ? Ce n'est même pas Photoshop, bien que Photoshop ait été "noté" sur Twitter plus d'une fois. Et le fait que les chers lecteurs associent la photo aux Jeux olympiques de Sotchi est leur problème.

En général, gardez la tête sur vos épaules et ne faites pas partie d'une foule de hamsters aux yeux d'insectes. Nous rencontrerons de plus en plus souvent les technologies de "bourrage" bien organisé et coordonné dans l'espace des réseaux sociaux.

Beeline : "Rappelez" le centre de contact

Vous pouvez lire la bonne nouvelle ici, l'essence de l'idée est d'offrir à l'appelant du centre de contact la possibilité de rappeler l'opérateur au lieu de faire la queue sur la ligne. Dans la capitale MegaFon, une solution similaire sur la plate-forme Avayo a été lancée en 2011, la nouveauté de la solution Beeline est que le système fonctionne également en itinérance intranet. Même dans MegaFon, le problème est que les abonnés à faible revenu ne reçoivent pas du tout l'élément "se connecter avec l'opérateur" dans le menu vocal, cela ne peut être fait que pour bloquer la carte SIM perdue.

"Callback" est une solution intelligente pour les conditions modernes d'un nombre important d'abonnés avec peu de dépenses. Ils doivent être entretenus, mais le coût d'une réponse rapide d'une personne « en direct » dépassera le revenu. La technologie de rappel ne se contente pas de décharger le centre de contact, un tel schéma transfère partiellement la communication avec l'abonné de Online à Offline, ce qui est beaucoup plus important. Les éclaboussures sont nivelées et la charge est uniformément répartie. Les comptes de support des opérateurs dans les réseaux sociaux ont le même objectif, mais il existe déjà Offline dans sa forme la plus pure, qui fonctionne encore plus efficacement. Malheureusement, tout le monde n'est pas disposé ou capable de discuter en ligne, et un rappel est un compromis raisonnable.

MTS : compteur de trafic

Une solution intéressante et utile pour clarifier le reste du trafic plein débit d'un forfait Internet. A en juger par le nom de la page http://interceptor.mts.ru (Interceptor, "interceptor"), un attaquant est attendu sur ce compteur en cas d'approche de la limite et en l'atteignant.

Cela fonctionne également sur les options de la catégorie BIT avec une limite de trafic quotidienne, de manière pratique. Surtout avec les appareils qui ne permettent pas d'envoyer des SMS et des commandes USSD. Vous pouvez non seulement voir le reste du trafic, mais également connecter le "bouton Turbo" directement sur cette page.

Il y a une subtilité avec la connexion « bouton Turbo » : les versions proposées pour la connexion ne sont pas destinées aux BIT, elles le sont aux autres options Internet. Ceci est indiqué dans la description sur le lien de cette page, mais qui lit les descriptions avec nous ? Selon les rumeurs, lorsque vous essayez de connecter un tel «bouton Turbo» à BIT, l'argent pour la connexion est retiré, mais le «bouton» n'est pas activé. Peut-être amèneront-ils le système à une perfection intellectuelle complète et offriront-ils la version correcte du «bouton» en fonction du tarif. Mais même sous cette forme, ce n'est pas mal, une chose utile.

À cet égard, je voudrais rappeler à Beeline son compteur de trafic sur les autoroutes. Il y a plus de deux semaines, ils ont accidentellement montré un compteur de travail et promis très bientôt dans le format de test bêta, nous attendons.

Une autre amélioration de MTS "dans le sujet". Il s'avère que lorsque vous entrez sur le site via le réseau MTS et visitez la page avec une description des options, le site vérifie la liste des services connectés au numéro et ajoute le bouton "Se connecter" à la description des options disponibles pour connexion. Pour ainsi dire, "sur place" et sans aucun assistant Internet. Bonne idée.

"Remplacement de numéro"

Une vague de liens et de commentaires sur le "nouveau mécanisme d'escroquerie" a déferlé sur Internet.

Soi-disant, une personne reçoit un SMS d'apparence innocente concernant une voiture rayée, se précipite pour appeler le numéro de l'expéditeur et reçoit une radiation du compte d'une somme d'argent absurde. De nombreuses publications se sont "marquées" dans des discussions réfléchies sur la substitution d'un numéro payant et une nouvelle recette pour les escrocs.

Les appels vers ce numéro particulier ont été facturés normalement le lendemain (beaucoup ont vérifié), et personnellement, je doute fortement de la plausibilité de cette histoire. J'ai essayé de contacter plusieurs auteurs de "rapports" sur ce sujet et de savoir s'ils voyaient un tel "live" accompagné d'une ligne du détail, hélas. Aucun des auteurs n'a voulu parler de ce sujet. Techniquement, il n'est pas difficile de substituer n'importe quel numéro de téléphone dans le champ "expéditeur", nous le voyons tous les jours dans les spams SMS entrants. Mais forcer le téléphone à composer un autre numéro (payant) lors de l'appel ne fonctionnera pas. Le propriétaire du numéro «break through» peut définir le renvoi vers un numéro payant du pool, par exemple le 8 902, mais dans ce cas, il paiera lui-même pour un tel appel. La seule option plausible est d'indiquer le numéro payant pour l'appel dans le texte du message SMS, mais ce n'était pas dans la capture d'écran. Étrange histoire avec plusieurs messages et ce qui semble être une seule capture d'écran comme source de tout le battage médiatique. Je suppose une coïncidence approximative dans le temps de l'appel avec une autre radiation d'argent du compte. Ou, dans la théorie du complot, on pourrait supposer une préparation médiatique virale pour une supposée interdiction légale de l'usurpation d'appelants et de messages. En tout cas, attendons le développement de cette mystérieuse histoire. Si tel suit.

Tapez le numéro

Le nombre de demandes de portage d'un numéro vers un autre réseau a déjà approché les 100 000. Pas grand-chose à l'échelle de la Russie, mais le processus est en cours. Et la question de déterminer la propriété d'un numéro devient pertinente, beaucoup ont peur de surpayer les appels vers un numéro qui a cessé d'être "le leur", sur le net.

Les opérateurs vont toujours introduire un signal sonore d'avertissement, mais ils ne nous ont pas complètement laissés sans système d'aide. Il est clair que vous pouvez "percer" le numéro dans la base de données, mais n'allez-vous pas sur Internet avant chaque appel ? Les opérateurs des "trois grands" ont créé des commandes USSD qui vous permettent de clarifier la propriété du numéro. Dans MTS, c'est *916*9хх1234567#, dans Beeline *444*9хх1234567#, dans MegaFon *629*9хх1234567#.

Malgré la même essence des services, ils fonctionnent différemment. Le plus "laconique" s'est avéré être dans MTS, en réponse à une demande, l'opérateur signale uniquement si le numéro appartient au réseau MTS. Beeline en réponse envoie un message SMS indiquant l'opérateur et la région "d'enregistrement" du numéro.

MegaFon envoie une réponse USSD indiquant le réseau et la région. On peut tracer une logique dans les chiffres de l'équipe, mais ne pourraient-ils pas vraiment s'entendre sur une seule équipe, la même pour tous les opérateurs ? Ils fonctionnent également différemment lorsqu'ils ne composent qu'une demande USSD à trois chiffres : MegaFon envoie une réponse interactive vous demandant d'entrer un numéro de téléphone, MTS envoie une réponse indicative indiquant le format de la demande complète, Beeline n'est qu'un message d'erreur. D'accord, je ne vais pas râler, le résultat final est important. Mais c'est le cas, et vous pouvez vérifier le numéro sans aucun annuaire en ligne.

Vérifier les abonnements

Une autre "chose utile" est la commande USSD *505# dans MegaFon. En réponse à cette demande, ils envoient le nom et les paramètres des abonnements au contenu que vous avez réussi à récupérer sur Internet. Il vaudrait mieux, bien sûr, ne pas avoir du tout ces abonnements, mais tous les outils supplémentaires pour lutter contre ce fléau seront utiles.

Opérateurs : Utile

Bien qu'utile et non "tout ce qui est entré dans le téléphone", il vaut mieux que le titre soit court. Tele2 devient Rostelecom (ou l'inverse ?), désormais officiellement. Statistiques inattendues sur la transmission de données aux Jeux olympiques de Sotchi. "Rappel" dans Beeline, compteur de trafic dans MTS identification de la propriété du numéro et autres nouvelles.

La marque Tele2 perdurera

La question de la fusion de Rostelecom et Tele2 a été discutée pendant longtemps, maintenant c'est arrivé officiellement. Tele2 et Rostelecom ont signé un accord de coentreprise (JV). En vertu de l'accord, Rostelecom transfère ses actifs mobiles à la coentreprise, devenant l'un des actionnaires de la société combinée. La coentreprise est créée sur la base de T2 RTK Holding LLC, qui détient toutes les sociétés d'exploitation de Tele2.

Au premier stade de l'intégration, sept filiales des sociétés de téléphonie mobile de Rostelecom passent à Tele2 : SkyLink, Nizhny Novgorod Cellular Communications, Baikalwestcom, BIT, Volgograd GSM, Yenisei Telecom et AKOS. Lors de la deuxième étape de la transaction, l'entreprise commune comprendra RT-Mobile LLC, au bilan de laquelle Rostelecom transfère des licences fédérales pour LTE (2,3 - 2,4 GHz, 800 MHz et 2,5 - 2,7 GHz), des activités cellulaires sur l'Oural, des équipements et contrats.

Une capture d'écran amusante avec une offre de beaux numéros Beeline (+7 903). Le concepteur a sûrement "joué un tour" par inadvertance en choisissant le code DEF de la forme la plus appropriée. La société unie T2 RTK Holding aura une base d'abonnés d'environ 38 millions de personnes dans plus de 60 régions de Russie, l'opérateur opérera sous la marque Tele2. C'est probablement la bonne décision, la réputation de la marque Tele2 elle-même « vaut beaucoup ». C'est bien que les craintes exprimées qu'un nouveau nom vague "T2 RTK" apparaisse ne se soient pas concrétisées.

Les licences (y compris 3G/4G) transférées au nouvel opérateur fédéral permettront de déployer des réseaux dans tous les districts fédéraux de la Fédération de Russie, ainsi qu'à Moscou, c'est important. Les stations de base 3G sont déjà souvent remarquées sur les ondes, mais jusqu'à présent, personne n'a pu s'inscrire sur le nouveau réseau.

MegaFon : réglage de l'eurotarif

Vous pouvez lire les nouvelles sur l'augmentation des prix ici, le fameux "Eurotarif" a augmenté de prix. Vous trouverez ci-dessous une liste des nouveaux prix, les anciens prix entre parenthèses.

  • Le coût d'une minute d'appel entrant est de 9 (6) roubles
  • Le coût d'une minute d'appel sortant vers la Russie est de 19 (16) roubles
  • Le coût d'une minute d'appel sortant dans le pays d'accueil est de 19 (16) roubles
  • Le coût d'une minute d'appel sortant vers d'autres pays est de 129 (119) roubles
  • SMS sortant - 9 (6) roubles
  • 1 mégaoctet de trafic GPRS — 90 (50) roubles

Je voudrais citer "mon bien-aimé" et rappeler la partie récapitulative de la revue "Eurotarif", rédigée lors de sa parution fin 2011 :

"Les nouveaux prix sont très satisfaisants. Pour ceux qui voyagent dans les pays de l'Eurotarif, cela n'a aucun sens de s'embêter avec des cartes SIM touristiques maintenant. Et je le répète : l'essentiel est que les nouveaux prix soient automatiques pour tous les tarifs et ne soient pas une option-promotion plug-in. C'est l'humanisme et la différence fondamentale entre « l'Eurotarif » et les autres propositions des « Trois Grands ». Dites ce que vous voulez, mais beaucoup de gens s'embrouillent dans les options, oublient de les éteindre, connectent les mauvaises choses, etc. Encore plus de gens ne soupçonnent même pas l'existence d'options tarifaires ou sont trop paresseux pour les contacter par souci de "quelques minutes d'appels et de SMS". Selon la loi de la méchanceté, "quelques appels de quelques minutes" s'avèrent généralement n'être ni un couple ni une minute. Pour ces paresseux, négligents et "malchanceux", qui sont très nombreux, les économies seront vraiment "plus de 5 à 9 fois" annoncées dans le communiqué de presse. Il ne fait aucun doute que d'autres concurrents répondront à cette initiative. La question est de savoir quand et sous quel format, nous attendons avec intérêt."

Le problème est que nous n'avons pas attendu une réponse symétrique, nos collègues concurrents n'ont pas coupé la poule aux œufs d'or. Motivant par le fait que les gens "au courant" des options savent, et ceux qui ne le savent pas, que le mal Pinocchio à lui-même et le laisse payer 59 roubles chacun. par minute de conversation et 750 roubles. par mégaoctet d'Internet mobile. C'est triste, mais dans une telle situation de marché, l'ajustement des prix de l'eurotarif n'était qu'une question de temps. Cela pourrait être pire, après tout, les 9 roubles actuels. nettement moins que le "marché" 59.

Contrastes olympiques

MegaFon a publié des statistiques intéressantes sur les appels, les SMS et la transmission de données le jour de l'ouverture des Jeux Olympiques à Sotchi.

L'image complète est disponible en cliquant, je vous recommande de vous familiariser avec les chiffres. 400 gigaoctets de trafic, même en seulement trois heures et demie, ne donnent pas extérieurement l'impression de quelque chose de scandaleux, mais il ne s'agit pas de télécharger des films via des torrents. Tout ce trafic était généré par des milliers d'appareils mobiles, et la charge globale sur le segment de réseau était lourde. Surtout dans les moments d'ouverture les plus spectaculaires. Faites également attention aux nombres 15% et 50%. Les téléspectateurs avec des appareils 4G se sont avérés être seulement 15%, mais ils ont réussi à transférer la moitié de tout le trafic. Et c'est dans des conditions où les données "fonctionnaient" très rapidement sur le réseau 3G. Cette statistique suggère également qu'avec la 4G, les gens utiliseront l'Internet mobile beaucoup plus activement. Le niveau actuel de consommation est largement déterminé par les capacités techniques des réseaux, et non par le désir des utilisateurs. Et plus intéressant : les analystes prédisent la part du LTE dans 15 % de la masse totale des abonnés seulement fin 2017. S'il s'avère qu'ils ont raison dans leurs hypothèses, alors le public lors de l'ouverture à Sotchi avait plusieurs années d'avance sur la moyenne mondiale.

Sur la question de l'itinérance nationale inter-réseaux à Sotchi. En effet, conformément à l'accord conclu, les abonnés des opérateurs russes peuvent s'inscrire sur le réseau MegaFon et utiliser, entre autres, la transmission de données. Ceci est particulièrement important à l'intérieur des sites olympiques, où seul le réseau de MegaFon fonctionne correctement, qui est "responsable" des communications mobiles en tant que partenaire général. L'itinérance Internet à vos tarifs "domicile" sans surcoût, c'est bien, et le ministre des Communications lui-même rappelle régulièrement cette opportunité sur son Twitter. Le problème est que les prix de détail "à domicile" (environ 10 roubles par mégaoctet) peuvent surprendre. Consultez par exemple les tarifs du "sport roaming" Beeline. Il est clair que les Jeux olympiques n'ont pas lieu tous les mois et qu'un mégaoctet coûteux vaut mieux qu'aucun transfert de données du tout. Mais vous devez garder à l'esprit. Selon les statistiques, plus de 10 000 "transfuges" temporaires ont déjà été comptés dans le réseau de Sotchi de MegaFon, donc l'itinérance fonctionne.

Quelques mots sur la "couverture" de l'événement par des journalistes individuels. Eldar a écrit un texte émouvant sur ce sujet dans son blog. Je suis tout à fait d'accord avec lui, je ne vois juste pas l'intérêt de me répéter. Mais je voudrais souligner les technologies modernes de manipulation de l'opinion publique, pour lesquelles nous n'étions pas prêts.

Un bon exemple est quelques comptes Twitter créés spécifiquement pour, pour ainsi dire, "exposer" les lacunes de la préparation des jeux. Cela avait l'air crédible et les collections de photos étaient populaires. Ce plat a été préparé avec une odeur selon une recette simple mais très efficace. Des faits réels tels qu'une poignée de porte détachée ou des débris de construction dans le hall ont servi de cadre et d'arrière-plan à de vieilles photographies tirées du net, qui n'avaient rien à voir avec Sotchi. Une photo d'eau du robinet rouillée a été vue pour la première fois dans les nouvelles sur Zhytomyr (2012), une photo de chiens errants morts "est venue" de Donetsk (également en 2012), une des photos de toilettes est venue de Kazan, etc. De plus, ces fausses photos ont été commentées avec soin, sans indiquer le lieu d'origine. Formellement, vous ne pouvez pas trouver à redire : eh bien, une personne a posté une photo avec le commentaire "Quelle horreur qui coule de mon robinet !?" N'est-ce pas possible ? Ce n'est même pas Photoshop, bien que Photoshop ait été "noté" sur Twitter plus d'une fois. Et le fait que les chers lecteurs associent la photo aux Jeux olympiques de Sotchi est leur problème.

En général, gardez la tête sur vos épaules et ne faites pas partie d'une foule de hamsters aux yeux d'insectes. Nous rencontrerons de plus en plus souvent les technologies de "bourrage" bien organisé et coordonné dans l'espace des réseaux sociaux.

Beeline : "Rappelez" le centre de contact

Vous pouvez lire la bonne nouvelle ici, l'essence de l'idée est d'offrir à l'appelant du centre de contact la possibilité de rappeler l'opérateur au lieu de faire la queue sur la ligne. Dans la capitale MegaFon, une solution similaire sur la plate-forme Avayo a été lancée en 2011, la nouveauté de la solution Beeline est que le système fonctionne également en itinérance intranet. Même dans MegaFon, le problème est que les abonnés à faible revenu ne reçoivent pas du tout l'élément "se connecter avec l'opérateur" dans le menu vocal, cela ne peut être fait que pour bloquer la carte SIM perdue.

"Callback" est une solution intelligente pour les conditions modernes d'un nombre important d'abonnés avec peu de dépenses. Ils doivent être entretenus, mais le coût d'une réponse rapide d'une personne "en direct" dépassera le revenu. La technologie de rappel ne se contente pas de décharger le centre de contact, un tel schéma transfère partiellement la communication avec l'abonné de Online à Offline, ce qui est beaucoup plus important. Les éclaboussures sont nivelées et la charge est uniformément répartie. Les comptes de support des opérateurs dans les réseaux sociaux ont le même objectif, mais il existe déjà Offline dans sa forme la plus pure, qui fonctionne encore plus efficacement. Malheureusement, tout le monde n'est pas disposé ou capable de discuter en ligne, et un rappel est un compromis raisonnable.

MTS : compteur de trafic

Une solution intéressante et utile pour clarifier le reste du trafic plein débit d'un forfait Internet. A en juger par le nom de la page http://interceptor.mts.ru (Interceptor, "interceptor"), un attaquant est attendu sur ce compteur en cas d'approche de la limite et en l'atteignant.

Cela fonctionne également sur les options de la catégorie BIT avec une limite de trafic quotidienne, de manière pratique. Surtout avec les appareils qui ne permettent pas d'envoyer des SMS et des commandes USSD. Vous pouvez non seulement voir le reste du trafic, mais également connecter le "bouton Turbo" directement sur cette page.

Il y a une subtilité avec la connexion « bouton Turbo » : les versions proposées pour la connexion ne sont pas destinées aux BIT, elles le sont aux autres options Internet. Ceci est indiqué dans la description sur le lien de cette page, mais qui lit les descriptions avec nous ? Selon les rumeurs, lorsque vous essayez de connecter un tel «bouton Turbo» à BIT, l'argent pour la connexion est retiré, mais le «bouton» n'est pas activé. Peut-être amèneront-ils le système à une perfection intellectuelle complète et offriront-ils la version correcte du «bouton» en fonction du tarif. Mais même sous cette forme, ce n'est pas mal, une chose utile.

À cet égard, je voudrais rappeler à Beeline son compteur de trafic sur les autoroutes. Il y a plus de deux semaines, ils ont accidentellement montré un compteur de travail et promis très bientôt dans le format de test bêta, nous attendons.

Une autre amélioration de MTS "dans le sujet". Il s'avère que lorsque vous entrez sur le site via le réseau MTS et visitez la page avec une description des options, le site vérifie la liste des services connectés au numéro et ajoute le bouton "Se connecter" à la description des options disponibles pour connexion. Pour ainsi dire, "sur place" et sans aucun assistant Internet. Bonne idée.

"Remplacement de numéro"

Une vague de liens et de commentaires sur le "nouveau mécanisme d'escroquerie" a déferlé sur Internet.

Soi-disant, une personne reçoit un SMS d'apparence innocente concernant une voiture rayée, se précipite pour appeler le numéro de l'expéditeur et reçoit une radiation du compte d'une somme d'argent absurde. De nombreuses publications se sont "marquées" dans des discussions réfléchies sur la substitution d'un numéro payant et une nouvelle recette pour les escrocs.

Les appels vers ce numéro particulier ont été facturés normalement le lendemain (beaucoup ont vérifié), et personnellement, je doute fortement de la plausibilité de cette histoire. J'ai essayé de contacter plusieurs auteurs de "rapports" sur ce sujet et de savoir s'ils voyaient un tel "live" accompagné d'une ligne du détail, hélas. Aucun des auteurs n'a voulu parler de ce sujet. Techniquement, il n'est pas difficile de substituer n'importe quel numéro de téléphone dans le champ "expéditeur", nous le voyons tous les jours dans les spams SMS entrants. Mais forcer le téléphone à composer un autre numéro (payant) lors de l'appel ne fonctionnera pas. Le propriétaire du numéro «break through» peut définir le renvoi vers un numéro payant du pool, par exemple le 8 902, mais dans ce cas, il paiera lui-même pour un tel appel. La seule option plausible est d'indiquer le numéro payant pour l'appel dans le texte du message SMS, mais ce n'était pas dans la capture d'écran. Étrange histoire avec plusieurs messages et ce qui semble être une seule capture d'écran comme source de tout le battage médiatique. Je suppose une coïncidence approximative dans le temps de l'appel avec une autre radiation d'argent du compte. Ou, dans la théorie du complot, on pourrait supposer une préparation médiatique virale pour une supposée interdiction légale de l'usurpation d'appelants et de messages. En tout cas, attendons le développement de cette mystérieuse histoire. Si tel suit.

Tapez le numéro

Le nombre de demandes de portage d'un numéro vers un autre réseau a déjà approché les 100 000. Pas grand-chose à l'échelle de la Russie, mais le processus est en cours. Et la question de déterminer la propriété d'un numéro devient pertinente, beaucoup ont peur de surpayer les appels vers un numéro qui a cessé d'être "le leur", sur le net.

Les opérateurs vont toujours introduire un signal sonore d'avertissement, mais ils ne nous ont pas complètement laissés sans système d'aide. Il est clair que vous pouvez "percer" le numéro dans la base de données, mais n'allez-vous pas sur Internet avant chaque appel ? Les "trois grands" opérateurs ont créé des commandes USSD qui vous permettent de clarifier la propriété du numéro. Dans MTS, c'est *916*9хх1234567#, dans Beeline *444*9хх1234567#, dans MegaFon *629*9хх1234567#.

Malgré la même essence des services, ils fonctionnent différemment. Le plus "laconique" s'est avéré être dans MTS, en réponse à une demande, l'opérateur signale uniquement si le numéro appartient au réseau MTS. Beeline en réponse envoie un message SMS indiquant l'opérateur et la région "d'enregistrement" du numéro.

MegaFon envoie une réponse USSD indiquant le réseau et la région. On peut tracer une logique dans les chiffres de l'équipe, mais ne pourraient-ils pas vraiment s'entendre sur une seule équipe, la même pour tous les opérateurs ? Ils fonctionnent également différemment lorsqu'ils ne composent qu'une demande USSD à trois chiffres : MegaFon envoie une réponse interactive vous demandant d'entrer un numéro de téléphone, MTS envoie une réponse indicative indiquant le format de la demande complète, Beeline n'est qu'un message d'erreur. D'accord, je ne vais pas râler, le résultat final est important. Mais c'est le cas, et vous pouvez vérifier le numéro sans aucun annuaire en ligne.

Vérifier les abonnements

Une autre "chose utile" est la commande USSD *505# dans MegaFon. En réponse à cette demande, ils envoient le nom et les paramètres des abonnements au contenu que vous avez réussi à récupérer sur Internet. Il vaudrait mieux, bien sûr, ne pas avoir du tout ces abonnements, mais tous les outils supplémentaires pour lutter contre ce fléau seront utiles.

Opérateurs : Utile

Bien qu'utile et non "tout ce qui est entré dans le téléphone", il vaut mieux que le titre soit court. Tele2 devient Rostelecom (ou l'inverse ?), désormais officiellement. Statistiques inattendues sur la transmission de données aux Jeux olympiques de Sotchi. "Rappel" dans Beeline, compteur de trafic dans MTS identification de la propriété du numéro et autres nouvelles.

La marque Tele2 perdurera

La question de la fusion de Rostelecom et Tele2 a été discutée pendant longtemps, maintenant c'est arrivé officiellement. Tele2 et Rostelecom ont signé un accord de coentreprise (JV). En vertu de l'accord, Rostelecom transfère ses actifs mobiles à la coentreprise, devenant l'un des actionnaires de la société combinée. La coentreprise est créée sur la base de T2 RTK Holding LLC, qui détient toutes les sociétés d'exploitation de Tele2.

Au premier stade de l'intégration, sept filiales des sociétés de téléphonie mobile de Rostelecom passent à Tele2 : SkyLink, Nizhny Novgorod Cellular Communications, Baikalwestcom, BIT, Volgograd GSM, Yenisei Telecom et AKOS. Lors de la deuxième étape de la transaction, l'entreprise commune comprendra RT-Mobile LLC, au bilan de laquelle Rostelecom transfère des licences fédérales pour LTE (2,3 - 2,4 GHz, 800 MHz et 2,5 - 2,7 GHz), des activités cellulaires sur l'Oural, des équipements et contrats.

Une capture d'écran amusante avec une offre de beaux numéros Beeline (+7 903). Le concepteur a sûrement "joué un tour" par inadvertance en choisissant le code DEF de la forme la plus appropriée. La société unie T2 RTK Holding aura une base d'abonnés d'environ 38 millions de personnes dans plus de 60 régions de Russie, l'opérateur opérera sous la marque Tele2. C'est probablement la bonne décision, la réputation de la marque Tele2 elle-même « vaut beaucoup ». C'est bien que les craintes exprimées qu'un nouveau nom vague "T2 RTK" apparaisse ne se soient pas concrétisées.

Les licences (y compris 3G/4G) transférées au nouvel opérateur fédéral permettront de déployer des réseaux dans tous les districts fédéraux de la Fédération de Russie, ainsi qu'à Moscou, c'est important. Les stations de base 3G sont déjà souvent remarquées sur les ondes, mais jusqu'à présent, personne n'a pu s'inscrire sur le nouveau réseau.

MegaFon : réglage de l'eurotarif

Vous pouvez lire les nouvelles sur l'augmentation des prix ici, le fameux "Eurotarif" a augmenté de prix. Vous trouverez ci-dessous une liste des nouveaux prix, les anciens prix entre parenthèses.

La nouvelle de la hausse des prix est à lire ici, le fameux "Eurotarif" a augmenté de prix. Vous trouverez ci-dessous une liste des nouveaux prix, les anciens prix entre parenthèses.
  • Le coût d'une minute d'appel entrant est de 9 (6) roubles
  • Le coût d'une minute d'appel sortant vers la Russie est de 19 (16) roubles
  • Le coût d'une minute d'appel sortant dans le pays d'accueil est de 19 (16) roubles
  • Le coût d'une minute d'appel sortant vers d'autres pays est de 129 (119) roubles
  • SMS sortant - 9 (6) roubles
  • 1 mégaoctet de trafic GPRS — 90 (50) roubles

Je voudrais citer "mon bien-aimé" et rappeler la partie récapitulative de la revue "Eurotarif", rédigée lors de sa parution fin 2011 :

"Les nouveaux prix sont très satisfaisants. Pour ceux qui voyagent dans les pays de l'Eurotarif, cela n'a aucun sens de s'embêter avec des cartes SIM touristiques maintenant. Et je le répète : l'essentiel est que les nouveaux prix soient automatiques pour tous les tarifs et ne soient pas une option-promotion plug-in. C'est l'humanisme et la différence fondamentale entre « l'Eurotarif » et les autres propositions des « Trois Grands ». Dites ce que vous voulez, mais beaucoup de gens s'embrouillent dans les options, oublient de les éteindre, connectent les mauvaises choses, etc. Encore plus de gens ne soupçonnent même pas l'existence d'options tarifaires ou sont trop paresseux pour les contacter par souci de "quelques minutes d'appels et de SMS". Selon la loi de la méchanceté, "quelques appels de quelques minutes" s'avèrent généralement n'être ni un couple ni une minute. Pour ces paresseux, négligents et "malchanceux", qui sont très nombreux, les économies seront vraiment "plus de 5 à 9 fois" annoncées dans le communiqué de presse. Il ne fait aucun doute que d'autres concurrents répondront à cette initiative. La question est de savoir quand et sous quel format, nous attendons avec intérêt."

Le problème est que nous n'avons pas attendu une réponse symétrique, nos collègues concurrents n'ont pas coupé la poule aux œufs d'or. Motivant par le fait que les gens "au courant" des options savent, et ceux qui ne le savent pas, que le mal Pinocchio à lui-même et le laisse payer 59 roubles chacun. par minute de conversation et 750 roubles. par mégaoctet d'Internet mobile. C'est triste, mais dans une telle situation de marché, l'ajustement des prix de l'eurotarif n'était qu'une question de temps. Cela pourrait être pire, après tout, les 9 roubles actuels. nettement moins que le "marché" 59.

Contrastes olympiques

MegaFon a publié des statistiques intéressantes sur les appels, les SMS et la transmission de données le jour de l'ouverture des Jeux Olympiques à Sotchi.

L'image complète est disponible en cliquant, je vous recommande de vous familiariser avec les chiffres. 400 gigaoctets de trafic, même en seulement trois heures et demie, ne donnent pas extérieurement l'impression de quelque chose de scandaleux, mais il ne s'agit pas de télécharger des films via des torrents. Tout ce trafic était généré par des milliers d'appareils mobiles, et la charge globale sur le segment de réseau était lourde. Surtout dans les moments d'ouverture les plus spectaculaires. Faites également attention aux nombres 15% et 50%. Les téléspectateurs avec des appareils 4G se sont avérés être seulement 15%, mais ils ont réussi à transférer la moitié de tout le trafic. Et c'est dans des conditions où les données "fonctionnaient" très rapidement sur le réseau 3G. Cette statistique suggère également qu'avec la 4G, les gens utiliseront l'Internet mobile beaucoup plus activement. Le niveau actuel de consommation est largement déterminé par les capacités techniques des réseaux, et non par le désir des utilisateurs. Et plus intéressant : les analystes prédisent la part du LTE dans 15 % de la masse totale des abonnés seulement fin 2017. S'il s'avère qu'ils ont raison dans leurs hypothèses, alors le public lors de l'ouverture à Sotchi avait plusieurs années d'avance sur la moyenne mondiale.

Sur la question de l'itinérance nationale inter-réseaux à Sotchi. En effet, conformément à l'accord conclu, les abonnés des opérateurs russes peuvent s'inscrire sur le réseau MegaFon et utiliser, entre autres, la transmission de données. Ceci est particulièrement important à l'intérieur des sites olympiques, où seul le réseau de MegaFon fonctionne correctement, qui est "responsable" des communications mobiles en tant que partenaire général. L'itinérance Internet à vos tarifs "domicile" sans surcoût, c'est bien, et le ministre des Communications lui-même rappelle régulièrement cette opportunité sur son Twitter. Le problème est que les prix de détail "à domicile" (environ 10 roubles par mégaoctet) peuvent surprendre. Consultez par exemple les tarifs du "sport roaming" Beeline. Il est clair que les Jeux olympiques n'ont pas lieu tous les mois et qu'un mégaoctet coûteux vaut mieux qu'aucun transfert de données du tout. Mais vous devez garder à l'esprit. Selon les statistiques, plus de 10 000 "transfuges" temporaires ont déjà été comptés dans le réseau de Sotchi de MegaFon, donc l'itinérance fonctionne.

Quelques mots sur la "couverture" de l'événement par des journalistes individuels. Eldar a écrit un texte émouvant sur ce sujet dans son blog. Je suis tout à fait d'accord avec lui, je ne vois juste pas l'intérêt de me répéter. Mais je voudrais souligner les technologies modernes de manipulation de l'opinion publique, pour lesquelles nous n'étions pas prêts.

Un bon exemple est quelques comptes Twitter créés spécifiquement pour, pour ainsi dire, "exposer" les lacunes de la préparation aux jeux. Cela avait l'air crédible et les collections de photos étaient populaires. Ce plat a été préparé avec une odeur selon une recette simple mais très efficace. Des faits réels tels qu'une poignée de porte détachée ou des débris de construction dans le hall ont servi de cadre et d'arrière-plan à de vieilles photographies tirées du net, qui n'avaient rien à voir avec Sotchi. Une photo d'eau du robinet rouillée a été vue pour la première fois dans les nouvelles sur Zhytomyr (2012), une photo de chiens errants morts "est venue" de Donetsk (également en 2012), une des photos de toilettes est venue de Kazan, etc. De plus, ces fausses photos ont été commentées avec soin, sans indiquer le lieu d'origine. Formellement, vous ne pouvez pas trouver à redire : eh bien, une personne a posté une photo avec le commentaire "Quelle horreur qui coule de mon robinet !?" N'est-ce pas possible ? Ce n'est même pas Photoshop, bien que Photoshop ait été "noté" sur Twitter plus d'une fois. Et le fait que les chers lecteurs associent la photo aux Jeux olympiques de Sotchi est leur problème.

En général, gardez la tête sur vos épaules et ne faites pas partie d'une foule de hamsters aux yeux d'insectes. Nous rencontrerons de plus en plus souvent les technologies de "bourrage" bien organisé et coordonné dans l'espace des réseaux sociaux.

Beeline : "Rappelez" le centre de contact

Vous pouvez lire la bonne nouvelle ici, l'essence de l'idée est d'offrir à l'appelant du centre de contact la possibilité de rappeler l'opérateur au lieu de faire la queue sur la ligne. Dans la capitale MegaFon, une solution similaire sur la plate-forme Avayo a été lancée en 2011, la nouveauté de la solution Beeline est que le système fonctionne également en itinérance intranet. Même dans MegaFon, le problème est que les abonnés à faible revenu ne reçoivent pas du tout l'élément "se connecter avec l'opérateur" dans le menu vocal, cela ne peut être fait que pour bloquer la carte SIM perdue.

"Callback" est une solution intelligente pour les conditions modernes d'un nombre important d'abonnés avec peu de dépenses. Ils doivent être entretenus, mais le coût d'une réponse rapide d'une personne "en direct" dépassera le revenu. La technologie de rappel ne se contente pas de décharger le centre de contact, un tel schéma transfère partiellement la communication avec l'abonné de Online à Offline, ce qui est beaucoup plus important. Les éclaboussures sont nivelées et la charge est uniformément répartie. Les comptes de support des opérateurs dans les réseaux sociaux ont le même objectif, mais il existe déjà Offline dans sa forme la plus pure, qui fonctionne encore plus efficacement. Malheureusement, tout le monde n'est pas disposé ou capable de discuter en ligne, et un rappel est un compromis raisonnable.

MTS : compteur de trafic

Une solution intéressante et utile pour clarifier le reste du trafic plein débit d'un forfait Internet. A en juger par le nom de la page http://interceptor.mts.ru (Interceptor, "interceptor"), un attaquant est attendu sur ce compteur en cas d'approche de la limite et en l'atteignant.

Cela fonctionne également sur les options de la catégorie BIT avec une limite de trafic quotidienne, de manière pratique. Surtout avec les appareils qui ne permettent pas d'envoyer des SMS et des commandes USSD. Vous pouvez non seulement voir le reste du trafic, mais également connecter le "bouton Turbo" directement sur cette page.

Il y a une subtilité avec la connexion « bouton Turbo » : les versions proposées pour la connexion ne sont pas destinées aux BIT, elles le sont aux autres options Internet. Ceci est indiqué dans la description sur le lien de cette page, mais qui lit les descriptions avec nous ? Selon les rumeurs, lorsque vous essayez de connecter un tel «bouton Turbo» à BIT, l'argent pour la connexion est retiré, mais le «bouton» n'est pas activé. Peut-être amèneront-ils le système à une perfection intellectuelle complète et offriront-ils la version correcte du «bouton» en fonction du tarif. Mais même sous cette forme, ce n'est pas mal, une chose utile.

À cet égard, je voudrais rappeler à Beeline son compteur de trafic sur les autoroutes. Il y a plus de deux semaines, ils ont accidentellement montré un compteur de travail et promis très bientôt dans le format de test bêta, nous attendons.

Une autre amélioration de MTS "dans le sujet". Il s'avère que lorsque vous entrez sur le site via le réseau MTS et visitez la page avec une description des options, le site vérifie la liste des services connectés au numéro et ajoute le bouton "Se connecter" à la description des options disponibles pour connexion. Pour ainsi dire, "sur place" et sans aucun assistant Internet. Bonne idée.

"Remplacement de numéro"

Une vague de liens et de commentaires sur le "nouveau mécanisme d'escroquerie" a déferlé sur Internet.

Soi-disant, une personne reçoit un SMS d'apparence innocente concernant une voiture rayée, se précipite pour appeler le numéro de l'expéditeur et reçoit une radiation du compte d'une somme d'argent absurde. De nombreuses publications se sont "marquées" dans des discussions réfléchies sur la substitution d'un numéro payant et une nouvelle recette pour les escrocs.

Les appels vers ce numéro particulier ont été facturés normalement le lendemain (beaucoup ont vérifié), et personnellement, je doute fortement de la plausibilité de cette histoire. J'ai essayé de contacter plusieurs auteurs de "rapports" sur ce sujet et de savoir s'ils voyaient un tel "live" accompagné d'une ligne du détail, hélas. Aucun des auteurs n'a voulu parler de ce sujet. Techniquement, il n'est pas difficile de substituer n'importe quel numéro de téléphone dans le champ "expéditeur", nous le voyons tous les jours dans les spams SMS entrants. Mais forcer le téléphone à composer un autre numéro (payant) lors de l'appel ne fonctionnera pas. Le propriétaire du numéro «break through» peut définir le renvoi vers un numéro payant du pool, par exemple le 8 902, mais dans ce cas, il paiera lui-même pour un tel appel. La seule option plausible est d'indiquer le numéro payant pour l'appel dans le texte du message SMS, mais ce n'était pas dans la capture d'écran. Étrange histoire avec plusieurs messages et ce qui semble être une seule capture d'écran comme source de tout le battage médiatique. Je suppose une coïncidence approximative dans le temps de l'appel avec une autre radiation d'argent du compte. Ou, dans la théorie du complot, on pourrait supposer une préparation médiatique virale pour une supposée interdiction légale de l'usurpation d'appelants et de messages. En tout cas, attendons le développement de cette mystérieuse histoire. Si tel suit.

Tapez le numéro

Le nombre de demandes de portage d'un numéro vers un autre réseau a déjà approché les 100 000. Pas grand-chose à l'échelle de la Russie, mais le processus est en cours. Et la question de déterminer la propriété d'un numéro devient pertinente, beaucoup ont peur de surpayer les appels vers un numéro qui a cessé d'être "le leur", sur le net.

Les opérateurs vont toujours introduire un signal sonore d'avertissement, mais ils ne nous ont pas complètement laissés sans système d'aide. Il est clair que vous pouvez "percer" le numéro dans la base de données, mais n'allez-vous pas sur Internet avant chaque appel ? Les "trois grands" opérateurs ont créé des commandes USSD qui vous permettent de clarifier la propriété du numéro. Dans MTS, c'est *916*9хх1234567#, dans Beeline *444*9хх1234567#, dans MegaFon *629*9хх1234567#.

Malgré la même essence des services, ils fonctionnent différemment. Le plus "laconique" s'est avéré être dans MTS, en réponse à une demande, l'opérateur signale uniquement si le numéro appartient au réseau MTS. Beeline en réponse envoie un message SMS indiquant l'opérateur et la région "d'enregistrement" du numéro.

MegaFon envoie une réponse USSD indiquant le réseau et la région. On peut tracer une logique dans les chiffres de l'équipe, mais ne pourraient-ils pas vraiment s'entendre sur une seule équipe, la même pour tous les opérateurs ? Ils fonctionnent également différemment lorsqu'ils ne composent qu'une demande USSD à trois chiffres : MegaFon envoie une réponse interactive vous demandant d'entrer un numéro de téléphone, MTS envoie une réponse indicative indiquant le format de la demande complète, Beeline n'est qu'un message d'erreur. D'accord, je ne vais pas râler, le résultat final est important. Mais c'est le cas, et vous pouvez vérifier le numéro sans aucun annuaire en ligne.

Vérifier les abonnements

Une autre "chose utile" est la commande USSD *505# dans MegaFon. En réponse à cette demande, ils envoient le nom et les paramètres des abonnements au contenu que vous avez réussi à récupérer sur Internet. Il vaudrait mieux, bien sûr, ne pas avoir du tout ces abonnements, mais tous les outils supplémentaires pour lutter contre ce fléau seront utiles.