Test du lecteur MP3 Cowon F2

Cowon, connu pour ses appareils audio-vidéo personnels et le lecteur logiciel JetAudio, a certes pris une décision audacieuse en choisissant un index pour le modèle qui a précédé le héros de ce matériel. Ce joueur a reçu l'indice F1, que la plupart des gens associent fortement à la Formule 1, aux voitures de course et aux pistes exotiques. Au crédit des concepteurs et des spécialistes du marketing de l'entreprise, ils ont réussi à jouer avec ce motif d'une manière curieuse, sans recourir à l'achat d'une licence coûteuse de Bernie Ecclestone. Le corps du joueur a été fabriqué dans le style d'une voiture de course, et il y avait aussi des caractéristiques à assortir. Il est à noter qu'il y a environ un an et demi, un modèle avec le même indice est apparu dans la ligne flash Samsung, mais cette fois, les Coréens ont raté l'occasion de "s'appuyer" en quelque sorte contre les courses célèbres, gaspillant un indice sonore sur un presque modèle sans particularité.

Dans le successeur de la F1, qui, comme vous pouvez le deviner, a reçu l'indice F2, les Konovoniens ont abandonné le thème de l'automobile, mais ont néanmoins fourni au joueur un design qui le distingue facilement d'un certain nombre de produits concurrents. L'image est également complétée par un système de contrôle plutôt atypique. Cependant, à propos de la conception et de la gestion un peu plus bas, mais ici, je vais donner les principales caractéristiques du lecteur. Il est construit sur une mémoire flash, qui y est installée 512 Mo, 1 ou 2 Go. Aujourd'hui, évidemment, seule l'option la plus volumineuse est intéressante, puisque 4 Go deviennent déjà lentement la norme.Le lecteur a un écran couleur, il est possible de recevoir des programmes de radio FM et d'enregistrer un signal à partir du microphone intégré. Parmi les caractéristiques relativement inhabituelles, je note la présence d'une entrée ligne avec un connecteur minijack standard. Sinon, le lecteur est assez ordinaire selon les normes modernes, cependant, conformément aux normes établies, ils prennent également en charge la vidéo (bien sûr, recodée), la visualisation de fichiers graphiques et de texte, bien que, franchement, l'affichage soit au moins petit pour ces applications.

Corps et conception

Le matériau du corps est traditionnellement en plastique, il n'y a pas d'innovations ici. La palette de couleurs est également choisie universellement, les couleurs du joueur sont le noir et l'argent, c'est une option gagnant-gagnant. Ces couleurs conviennent à tous les vêtements, sans masquer le joueur. Les concepteurs de Cowon compensent le manque de couleurs flashy par l'apparence du joueur, ce qui est plutôt inhabituel, même s'il semblerait que presque tous les mouvements possibles aient déjà été essayés dans ces appareils. Extérieurement, le lecteur ressemble beaucoup à un téléphone portable miniature. Tous les éléments du panneau avant sont alignés verticalement, et juste pour créer une impression similaire. Tout en haut du panneau avant, là où le téléphone aurait un haut-parleur, se trouve un trou pour le microphone. Un peu plus bas se trouve le logo du fabricant, et en dessous se trouve l'affichage. Enfin, sous l'écran, les concepteurs ont placé les boutons de commande. Ils sont organisés dans une matrice 3x3 et, en un coup d'œil, ressemblent à un bloc de touches de téléphone. La solution est certainement intéressante, presque tous ceux qui voient le joueur pour la première fois trouvent des similitudes avec le téléphone. Il semblerait qu'un tel mouvement de conception soit assez évident, surtout compte tenu de la popularité des innovations mobiles, mais les concepteurs de Cowon ont été les premiers à incarner l'image «téléphone» dans un autre appareil. Au moins cela s'applique aux produits d'entreprises relativement grandes et bien connues, j'admets pleinement le fait que les designers chinois sans nom, dont les exploits de travail, comme ils disent, "resteront pendant des siècles", y ont longtemps pensé et bien plus encore .

En un mot, sans recourir à des couleurs vives et à des formes fantaisistes, le joueur a réussi à le faire ressortir, à se différencier des autres et à attirer l'attention. Je pense que ce mérite des designers de l'entreprise mérite des éloges.

Quant à la qualité de construction, elle est, comme d'habitude, à un bon niveau. De plus, l'habitude d'un bon travail s'est bien sûr développée en moi non seulement en ce qui concerne les produits Cowon - tout produit d'un fabricant plus ou moins connu aujourd'hui ne suscite pratiquement aucune plainte concernant la qualité des matériaux et de l'assemblage.< /p>

Les autres côtés du boîtier, à l'exception de l'avant, prennent également en charge la ligne de conception acceptée. Le côté gauche est laissé vide, il n'y a qu'une inscription en relief Digital Audio Player, mais sur le côté opposé, il y a un interrupteur à glissière assez grand pour l'alimentation et le verrouillage des commandes. Il a une finition argentée et ressemble un peu à une bascule de téléphone classique. Juste en dessous de l'interrupteur se trouve un petit bouton de réinitialisation forcée encastré dans le boîtier et donc presque imperceptible.

Sur le panneau arrière, vous pouvez lire des informations sur l'appareil, connaître la quantité de mémoire installée dans ce lecteur et admirer les logos des technologies d'amélioration du son BBE et Mach3Bass. Il y a aussi un œillet argenté convexe pour attacher un lacet, il porte également une charge décorative, étant inscrit dans le cou-de-pied sur le boîtier et "nageant" jusqu'à l'extrémité supérieure. Il y a deux prises jack 3,5 mm à cette extrémité, l'une pour les écouteurs, l'autre pour l'entrée ligne.

Enfin, l'extrémité inférieure est consacrée au connecteur USB. Le connecteur est bien recouvert d'un couvercle en plastique, il s'adapte bien, ce qui est important. Ceci, bien sûr, est une bagatelle, mais le matériau de la couverture est important pour un fonctionnement ultérieur. En règle générale, du plastique caoutchouté est utilisé ici afin que le couvercle et sa fixation soient d'une seule pièce. Ce matériau est plus sujet à la déformation lors de l'utilisation. Dans le F2, le couvercle du connecteur est en plastique mais repose sur un pied en caoutchouc. Cette solution semble beaucoup plus fiable.

Gestion

Chez Cowon, le schéma de contrôle F2 est considéré comme une réussite et presque le summum du style. Combiné avec l'interface du menu (très bizarre, je vais vous dire), le circuit s'appelle une "matrice à 9 boutons", rien de moins. Extérieurement, sans aucun doute, cela semble curieux : le menu se présente sous la forme d'une matrice 3x3, et en dessous se trouvent des boutons disposés dans le même ordre. Mais en fait, la commodité de gérer le lecteur s'avère être à la merci des concepteurs, qui, très probablement, ne s'en soucient pas vraiment. Les boutons assemblés en un seul bloc ne sont pas très pratiques à appuyer, souvent deux boutons sont enfoncés en même temps ou le mauvais bouton est nécessaire. En même temps, mes doigts sont loin d'être les plus gros, les boxeurs poids lourds et les chargeurs professionnels auront certainement du mal à gérer le F2.

Il est tout à fait possible que si la "matrice" disposait d'un peu plus d'espace, la facilité d'utilisation augmenterait considérablement, mais, apparemment, il était plus important de rendre le lecteur à la fois miniature et semblable à un téléphone. Au centre du bloc se trouve un bouton de confirmation de sélection, au-dessus, en dessous, à droite et à gauche de celui-ci se trouvent Accessoires pour tabac en Ouganda, respectivement, les boutons de navigation pour quatre directions. Enfin, dans les coins du carré formé par les boutons (en fait, la figure est plus compliquée, ses bords supérieur et inférieur sont courbes, mais la matrice m'est obstinément associée, et pas seulement moi, à un carré puisque school) il y a des boutons pour démarrer et arrêter la lecture, activer l'enregistrement, appeler les menus principal et contextuel.

Il y a un organe de plus. Aussi, curieusement, le directeur. Il est situé sur le côté droit et est un interrupteur qui peut être déplacé dans deux directions. Dans une position, il est fixe, dans l'autre, il revient sur un ressort. En général, rien d'inhabituel: vous déplacez l'interrupteur vers le haut, maintenez-le enfoncé pendant quelques secondes - l'alimentation s'allume et s'éteint. Vous le déplacez vers le bas - les boutons sont bloqués. Mais c'est ce changement qui m'a fait une impression profonde et durable. Il est clair que de tels gadgets sont conçus pour ne pas revenir arbitrairement de la position « verrouillée » à la position « déverrouillée ». Pour une raison quelconque, cette fois, les créateurs du commutateur se sont surpassés. Il ne veut obstinément pas «lâcher» le clavier, comme pour montrer que le désir de changer de composition en ce moment est en fait faux, il vaut mieux l'écouter jusqu'au bout et attendre le suivant. En conséquence, il faut imposer avec force sa volonté au corps insolent en le saisissant avec un ongle et en le déplaçant à la place qui lui est assignée par le statut.

Pour être honnête, j'ai pris une courte pause dans cette tirade pour ajouter quelques centaines de grammes de jambon frais à mon poids déjà considérable. Et, m'éloignant un peu de l'indignation, je suis arrivé à la conclusion que, très probablement, il y a un trou dans la vieille femme, ou plutôt, cela se produit à Cowon, dont les assembleurs dans les usines viennent de recevoir un seul interrupteur têtu.

Résumé : le schéma de contrôle du lecteur n'est pas ordinaire, mais les utilisateurs peuvent se rassurer sur le fait que la conception de haut niveau exige des sacrifices, et qu'il n'est pas si difficile de s'y adapter, après tout.

Affichage et menu

La société a traditionnellement installé des écrans avec des images en direct lumineuses dans ses lecteurs, pour lesquels elle est généralement louée à juste titre par les critiques. Dans F2, cependant, un écran pas si exceptionnel a été installé, comme, par exemple, dans U3 ou iAudio 6. Il est construit sur une matrice TFT conventionnelle, a une résolution de 128x160 pixels, affiche jusqu'à 260 000 couleurs et nuances. La diagonale d'affichage est de 1,3 pouces. En termes d'indicateurs, l'affichage est moyen, dans la ligne Cowon, il y a des instances avec les meilleurs affichages, et, bien sûr, ceux qui sont similaires en diagonale et en résolution sont pris en compte. En supposant que l'impression d'affichage était largement influencée par le menu monochrome (et c'était vraiment le cas), j'ai comparé les captures d'écran avec d'autres modèles, que j'avais malheureusement déjà renvoyés. L'image du F2 est correcte, la réputation de Cowon est maintenue et les écrans des modèles mentionnés sont juste un peu plus lumineux et plus saturés, ce qui m'a fait les classer plus haut.

Le menu principal (rappelez-vous que je l'ai mentionné dans la section Contrôles) agit en tandem avec le bloc de boutons. Bien sûr, vous pouvez me poser une question raisonnable : où avez-vous, Sasha, vu un menu qui n'est pas lié au contrôle ? Ainsi, le menu F2 est directement lié au contrôle, si le schéma de contrôle était différent, le menu devrait également être modifié. Il n'y a pas de secret ici: le menu et l'unité de commande sont réalisés sous la forme d'une matrice 3x3. Apparemment, le fantasme des ergonomes de Cowon s'est cette fois joué sérieusement, sinon il serait impossible d'expliquer pourquoi, pour sélectionner tel ou tel élément, il faut d'abord appuyer sur le bouton qui lui correspond (géographiquement, oui, oui ) puis validez votre choix en appuyant au centre. Au centre se trouve le bouton OK, dans le menu il correspond au même élément. Mais dès que vous sélectionnez une autre section, son icône apparaît au centre. Autrement dit, pour sélectionner la section "Texte", située dans le coin inférieur gauche du menu, vous devez appuyer sur le bouton situé dans le coin inférieur gauche de l'unité de contrôle. Et peu importe qu'il soit étiqueté comme un "appel de menu", mais il est très original et conceptuel, vous pouvez souvent utiliser le mot "matrice" et attirer généralement l'attention de toutes les manières possibles.

En ce qui concerne le contenu des sections (plutôt une section, "Paramètres"), ils n'ont pas expérimenté ici - des polices et des paragraphes déjà testés sur d'autres modèles ont été utilisés. Il convient une fois de plus de féliciter leurs développeurs, qui ont réussi à faire tenir 8 lignes sur un petit écran, et, malgré la petite taille, les inscriptions sont bien lues.

Contenu du menu : musique, vidéo, enregistrement, radio FM, image, texte et paramètres. Les six premiers basculent le lecteur en mode d'écoute de vidéo, de visionnage de vidéos, de réception d'émissions de radio FM, d'enregistrement d'un signal, de visualisation de fichiers graphiques et texte, respectivement.

Paramètres. La plus grande partie. Il comprend huit sous-sections et éléments, ils sont représentés par de petites icônes graphiques et des inscriptions : Jet Effect, Play Mode, Display, Timer, General, Recording, FM Radio, Information. En conséquence, à l'aide de sous-sections, le son, les modes de lecture et l'affichage des informations sur l'écran sont ajustés. De plus, les paramètres de toutes les minuteries (par exemple, mise hors tension automatique), les paramètres système, la sélection du type et de la qualité d'enregistrement, les paramètres de la radio FM, y compris le lancement du balayage automatique des bandes, sont également placés ici. Enfin, en utilisant le dernier élément, vous pouvez afficher des informations sur l'appareil, la version du firmware actuel.

Extérieurement, le menu semble intéressant, "comme un téléphone", mais l'approche choisie par ses créateurs pour sélectionner les éléments est pour le moins inhabituelle. Au début, cette insolite soulève de nombreuses questions, mais après quelques minutes d'utilisation, on s'y habitue quand même. Cela prouve une fois de plus le fait qu'une personne peut s'adapter à presque tout. Il est bon que tous les paramètres soient rassemblés en un seul endroit et non dispersés dans des menus contextuels. Ces derniers sont également présents dans le lecteur, mais pas comme, disons, comme dans Creative Zen Vision W, mais très court, avec l'une ou l'autre fonction. Par exemple, le menu contextuel du mode de lecture de texte contient uniquement la fonction permettant de naviguer vers la page souhaitée. Lors de l'affichage de la musique via le menu contextuel, les paroles des chansons sont appelées (si le dossier contient un fichier au format requis), ajoutées à la liste de lecture, ainsi que la définition d'un signet.

Connexion électrique et PC

Le F2 est alimenté par une batterie lithium-polymère intégrée et se recharge via USB. La batterie est chargée pendant trois heures, c'est un chiffre standard pour Cowon, cela s'explique par la cohérence dans le choix des plates-formes et l'absence de lancer de l'une à l'autre. La charge, selon le fabricant, est suffisante pour environ 22 heures. En fait, le joueur a travaillé pendant 17 heures dans les conditions de test les plus brutales. Le système d'exploitation définit le lecteur comme un support amovible, de sorte que toutes les manipulations de fichiers sont effectuées par des moyens standard. Ici, on ne peut que saluer le courage de Cowon face aux "copyrights" qui limitent la copie libre de la musique au besoin d'un program manager. Bien que, compte tenu de l'augmentation de la quantité de mémoire, je pense que le jour n'est pas loin où ces joueurs auront leur propre manager.

La vitesse de transfert des données du PC au joueur est à un bon niveau et est d'environ 5 Mo par seconde, c'est un bon indicateur, moyen pour les joueurs de l'entreprise. Il convient de noter que Cowon ne déclare pas USN High Speed, mais donne honnêtement la vitesse en mégabits, dont il y en a 35.

Enregistrement et radio FM

Ici Cowon F2 correspond à des collègues. Le lecteur dispose d'un tuner standard, les fabricants ne sont pas pressés d'ajouter de nouvelles fonctionnalités telles que RDS et autres "gadgets". Le réglage automatique et manuel est pris en charge, jusqu'à 24 stations peuvent être mémorisées. La sensibilité du tuner est à un niveau moyen, dans la plupart des conditions, il est possible d'écouter confortablement les stations de radio de Moscou. La recherche automatique saute parfois des stations, mais cela peut être facilement corrigé en réglant manuellement la fréquence.

Le signal est enregistré à partir du microphone intégré, de l'entrée de ligne et de la radio. Le débit binaire d'enregistrement est moyen, maximum 128 Kbps, ce qui est inférieur à certains autres lecteurs Cowon. Certes, l'enregistrement est réalisé au format WMA, la qualité est donc légèrement meilleure que celle du MP3 avec le même débit. La qualité de l'enregistrement est à un bon niveau et répond pleinement aux attentes. Il convient de noter la possibilité de régler la sensibilité du microphone et de l'entrée ligne, en les divisant en fichiers séparés pendant une pause dans le signal (par exemple, lors de l'enregistrement à partir d'un CD). La sensibilité du microphone intégré est moyenne, la voix se distingue clairement à une distance d'environ 10 mètres, à condition qu'il n'y ait pas de bruit extérieur intense.

Photo, vidéo, texte

La visualisation des fichiers graphiques s'effectue à l'aide de la section correspondante du menu. Le lecteur n'a aucun problème avec la mise à l'échelle des fichiers haute résolution, les photos se chargent rapidement, contrairement à iAudio 6 avec un disque dur (pour une raison quelconque, ces deux lecteurs me semblent très similaires, bien qu'ils présentent de nombreuses différences, au moins dans le type de mémoire utilisée). Il existe des possibilités d'organiser un diaporama, d'agrandir l'image.

L'affichage de fichiers texte a révélé des problèmes traditionnels pour les lecteurs Cowon avec des fichiers en russe enregistrés dans un encodage Unicode apparemment universel. La version du firmware du lecteur est 1.10. Il est fort possible que le bug ait été corrigé dans les versions ultérieures, même si ce n'est pas la première fois que je le rencontre, y compris sur le D2 ultramoderne. Certes, l'un de nos lecteurs a suggéré une recette simple pour contourner le problème - enregistrez le fichier dans l'encodage Windows. La sélectivité des lecteurs Cowon concernant l'encodage, conçu comme universel, et, à son tour, la "convivialité" avec Windows, pour être honnête, provoque une certaine perplexité.

Parmi les fonctions utiles liées à la lecture de texte, il y a la possibilité de "sauter" à la page souhaitée. Les fichiers volumineux ne confondent pas non plus le lecteur.

La fonctionnalité vidéo du F2 est plus une vitrine, un gadget marketing et suit les tendances du marché. Pour regarder des vidéos sur un petit écran, vous devez d'abord les encoder en résolution 128x160. Les fichiers au format MPEG4 dans les conteneurs AVI sont pris en charge, tous les autres fichiers doivent également être transcodés à l'aide du programme fourni. La lecture vidéo est difficile en raison de la faible fréquence d'images.

< tableau>

Traditionnellement, tout est en ordre ici, cela devient même ennuyeux. L'appareil est fabriqué sur la même plate-forme que iAudio 6 (c'est la similitude), à ​​savoir Telechips TCC77x, bien optimisé par les ingénieurs de l'entreprise. Séparément, un signal de sortie puissant au niveau de 60 mW (2x40 mW, bien sûr) est accentué. Le lecteur est vraiment bruyant. Les écouteurs intra-auriculaires sont si faciles à des niveaux proches du maximum, qu'ils commencent à "déchirer", qu'il est impossible d'écouter. Mais les attentes des utilisateurs sont satisfaites. Ici, sur notre forum, quelqu'un a écrit : "J'adore les tympans qui craquent et le cerveau qui bouillonne à cause du volume." Pour ces fans, je recommande audacieusement d'acheter des écouteurs intra-auriculaires décents pour 60 à 80 dollars et Cowon F2. L'ébullition, comme on dit, est garantie. Mais sérieusement, le F2 a assez de puissance pour presque tous les écouteurs, et la liberté de choix est toujours agréable. En ce qui concerne les gros écouteurs supra-auriculaires, le DJX-1 de BeyerDynamic fait preuve d'un volume très grave, "pompe" presque complètement le casque. Sur le Technics RPDJ-1210, l'image est encore meilleure. Certes, pour les écouteurs de contrôle, je recommanderais toujours les juke-box, à la fois en termes d'autonomie de la batterie et de puissance du signal - lors de l'écoute de F2, on a l'impression que le lecteur "joue au maximum".

Comme d'habitude, tous les "gadgets" de marque sont présents. Moi, bien que je sois un adversaire du traitement du son sur le lecteur, comme WBE - le système met l'accent sur les hautes fréquences, souvent floues dans les fichiers compressés.

Le F2 a un son Cowon "lisse" traditionnel, vous pouvez le voir sur le graphique de réponse en fréquence. Lorsque les systèmes de traitement du son sont éteints, le lecteur affiche un son clair, lisse et sec, dans le bon sens "électronique", ce qui est nécessaire pour la musique correspondante.

Résultats généraux


Note globale : Très bien

Réponse en fréquence

Niveau sonore

Conclusions et impressions

Lecteur typique de Cowon : compact, puissant, avec un bon son. Plus précisément, dans ce modèle, la gestion n'est pas très réussie, l'expérience, à mon avis, s'est passée comme ça. Mais le design s'est avéré accrocheur, le lecteur ressemble à un téléphone miniature, il attire le regard, attire l'attention. Si vous recherchez un lecteur de 2 Go bon marché avec un son puissant et une large prise en charge des formats audio, Cowon F2 pourrait bien être considéré comme l'une des options, d'autant plus qu'à Moscou, le lecteur demande aujourd'hui environ trois mille roubles.

Test du lecteur MP3 Cowon F2

Cowon, connu pour ses appareils audio-vidéo personnels et le lecteur logiciel JetAudio, a certes pris une décision audacieuse en choisissant un index pour le modèle qui a précédé le héros de ce matériel. Ce joueur a reçu l'indice F1, que la plupart des gens associent fortement à la Formule 1, aux voitures de course et aux pistes exotiques. Au crédit des concepteurs et des spécialistes du marketing de l'entreprise, ils ont réussi à jouer avec ce motif d'une manière curieuse, sans recourir à l'achat d'une licence coûteuse de Bernie Ecclestone. Le corps du joueur a été fabriqué dans le style d'une voiture de course, et il y avait aussi des caractéristiques à assortir. Il est à noter qu'il y a environ un an et demi, un modèle avec le même indice est apparu dans la ligne flash Samsung, mais cette fois, les Coréens ont raté l'occasion de "s'appuyer" en quelque sorte contre les courses célèbres, gaspillant un indice sonore sur un presque modèle sans particularité.

Dans le successeur de la F1, qui, comme vous pouvez le deviner, a reçu l'indice F2, les Konovoniens ont abandonné le thème de l'automobile, mais ont néanmoins fourni au joueur un design qui le distingue facilement d'un certain nombre de produits concurrents. L'image est également complétée par un système de contrôle plutôt atypique. Cependant, à propos de la conception et de la gestion un peu plus bas, mais ici, je vais donner les principales caractéristiques du lecteur. Il est construit sur une mémoire flash, qui y est installée 512 Mo, 1 ou 2 Go. Aujourd'hui, évidemment, seule l'option la plus volumineuse est intéressante, puisque 4 Go deviennent déjà lentement la norme. Le lecteur a un écran couleur, il est possible de recevoir des programmes de radio FM et d'enregistrer un signal à partir du microphone intégré. Parmi les caractéristiques relativement inhabituelles, je note la présence d'une entrée ligne avec un connecteur minijack standard. Sinon, le lecteur est assez ordinaire selon les normes modernes, cependant, conformément aux normes établies, ils prennent également en charge la vidéo (bien sûr, recodée), la visualisation de fichiers graphiques et de texte, bien que, franchement, l'affichage soit au moins petit pour ces applications.

Corps et conception

Le matériau du corps est traditionnellement en plastique, il n'y a pas d'innovations ici. La palette de couleurs est également choisie universellement, les couleurs du joueur sont le noir et l'argent, c'est une option gagnant-gagnant. Ces couleurs conviennent à tous les vêtements, sans masquer le joueur. Les concepteurs de Cowon compensent le manque de couleurs flashy par l'apparence du joueur, ce qui est plutôt inhabituel, même s'il semblerait que presque tous les mouvements possibles aient déjà été essayés dans ces appareils. Extérieurement, le lecteur ressemble beaucoup à un téléphone portable miniature. Tous les éléments du panneau avant sont alignés verticalement, et juste pour créer une impression similaire. Tout en haut du panneau avant, là où le téléphone aurait un haut-parleur, se trouve un trou pour le microphone. Un peu plus bas se trouve le logo du fabricant, et en dessous se trouve l'affichage. Enfin, sous l'écran, les concepteurs ont placé les boutons de commande. Ils sont organisés dans une matrice 3x3 et, en un coup d'œil, ressemblent à un bloc de touches de téléphone. La solution est certainement intéressante, presque tous ceux qui voient le joueur pour la première fois trouvent des similitudes avec le téléphone. Il semblerait qu'un tel mouvement de conception soit assez évident, surtout compte tenu de la popularité des innovations mobiles, mais les concepteurs de Cowon ont été les premiers à incarner l'image «téléphone» dans un autre appareil. Au moins cela s'applique aux produits d'entreprises relativement grandes et bien connues, j'admets pleinement le fait que les designers chinois sans nom, dont les exploits de travail, comme ils disent, "resteront pendant des siècles", y ont longtemps pensé et bien plus encore .

En un mot, sans recourir à des couleurs vives et à des formes fantaisistes, le joueur a réussi à le faire ressortir, à se différencier des autres et à attirer l'attention. Je pense que ce mérite des designers de l'entreprise mérite des éloges.

Quant à la qualité de construction, elle est, comme d'habitude, à un bon niveau. De plus, l'habitude d'un bon travail s'est bien sûr développée en moi non seulement en ce qui concerne les produits Cowon - tout produit d'un fabricant plus ou moins connu aujourd'hui ne suscite pratiquement aucune plainte concernant la qualité des matériaux et de l'assemblage.< /p>

Les autres côtés du boîtier, à l'exception de l'avant, prennent également en charge la ligne de conception acceptée. Le côté gauche est laissé vide, il n'y a qu'une inscription en relief Digital Audio Player, mais sur le côté opposé, il y a un interrupteur à glissière assez grand pour l'alimentation et le verrouillage des commandes. Il a une finition argentée et ressemble un peu à une bascule de téléphone classique. Juste en dessous de l'interrupteur se trouve un petit bouton de réinitialisation forcée encastré dans le boîtier et donc presque imperceptible.

Sur le panneau arrière, vous pouvez lire des informations sur l'appareil, connaître la quantité de mémoire installée dans ce lecteur et admirer les logos des technologies d'amélioration du son BBE et Mach3Bass. Il y a aussi un œillet argenté convexe pour attacher un lacet, il porte également une charge décorative, étant inscrit dans le cou-de-pied sur le boîtier et "nageant" jusqu'à l'extrémité supérieure. Il y a deux prises jack 3,5 mm à cette extrémité, l'une pour les écouteurs, l'autre pour l'entrée ligne.

Enfin, l'extrémité inférieure est consacrée au connecteur USB. Le connecteur est bien recouvert d'un couvercle en plastique, il s'adapte bien, ce qui est important. Ceci, bien sûr, est une bagatelle, mais le matériau de la couverture est important pour un fonctionnement ultérieur. En règle générale, du plastique caoutchouté est utilisé ici afin que le couvercle et sa fixation soient d'une seule pièce. Ce matériau est plus sujet à la déformation lors de l'utilisation. Dans le F2, le couvercle du connecteur est en plastique mais repose sur un pied en caoutchouc. Cette solution semble beaucoup plus fiable.

Gestion

Chez Cowon, le schéma de contrôle F2 est considéré comme une réussite et presque le summum du style. Combiné avec l'interface du menu (très bizarre, je vais vous dire), le circuit s'appelle une "matrice à 9 boutons", rien de moins. Extérieurement, sans aucun doute, cela semble curieux : le menu se présente sous la forme d'une matrice 3x3, et en dessous se trouvent des boutons disposés dans le même ordre. Mais en fait, la commodité de gérer le lecteur s'avère être à la merci des concepteurs, qui, très probablement, ne s'en soucient pas vraiment. Les boutons assemblés en un seul bloc ne sont pas très pratiques à appuyer, souvent deux boutons sont enfoncés en même temps ou le mauvais bouton est nécessaire. En même temps, mes doigts sont loin d'être les plus gros, les boxeurs poids lourds et les chargeurs professionnels auront certainement du mal à gérer le F2.

Il est tout à fait possible que si la "matrice" disposait d'un peu plus d'espace, la facilité d'utilisation augmenterait considérablement, mais, apparemment, il était plus important de rendre le lecteur à la fois miniature et semblable à un téléphone. Au centre du bloc se trouve un bouton de confirmation de sélection, au-dessus, en dessous, à droite et à gauche de celui-ci se trouvent Accessoires pour tabac en Ouganda, respectivement, les boutons de navigation pour quatre directions. Enfin, dans les coins du carré formé par les boutons (en fait, la figure est plus compliquée, ses bords supérieur et inférieur sont courbes, mais la matrice m'est obstinément associée, et pas seulement moi, à un carré puisque school) il y a des boutons pour démarrer et arrêter la lecture, activer l'enregistrement, appeler les menus principal et contextuel.

Il y a un organe de plus. Aussi, curieusement, le directeur. Il est situé sur le côté droit et est un interrupteur qui peut être déplacé dans deux directions. Dans une position, il est fixe, dans l'autre, il revient sur un ressort. En général, rien d'inhabituel: vous déplacez l'interrupteur vers le haut, maintenez-le enfoncé pendant quelques secondes - l'alimentation s'allume et s'éteint. Vous le déplacez vers le bas - les boutons sont bloqués. Mais c'est ce changement qui m'a fait une impression profonde et durable. Il est clair que de tels gadgets sont conçus pour ne pas revenir arbitrairement de la position « verrouillée » à la position « déverrouillée ». Pour une raison quelconque, cette fois, les créateurs du commutateur se sont surpassés. Il ne veut obstinément pas «lâcher» le clavier, comme pour montrer que le désir de changer de composition en ce moment est en fait faux, il vaut mieux l'écouter jusqu'au bout et attendre le suivant. En conséquence, il faut imposer avec force sa volonté au corps insolent en le saisissant avec un ongle et en le déplaçant à la place qui lui est assignée par le statut.

Pour être honnête, j'ai pris une courte pause dans cette tirade pour ajouter quelques centaines de grammes de jambon frais à mon poids déjà considérable. Et, m'éloignant un peu de l'indignation, je suis arrivé à la conclusion que, très probablement, il y a un trou dans la vieille femme, ou plutôt, cela se produit à Cowon, dont les assembleurs dans les usines viennent de recevoir un seul interrupteur têtu.

Résumé : le schéma de contrôle du lecteur n'est pas ordinaire, mais les utilisateurs peuvent se rassurer sur le fait que la conception de haut niveau exige des sacrifices, et qu'il n'est pas si difficile de s'y adapter, après tout.

Affichage et menu

La société a traditionnellement installé des écrans avec des images en direct lumineuses dans ses lecteurs, pour lesquels elle est généralement louée à juste titre par les critiques. Dans F2, cependant, un écran pas si exceptionnel a été installé, comme, par exemple, dans U3 ou iAudio 6. Il est construit sur une matrice TFT conventionnelle, a une résolution de 128x160 pixels, affiche jusqu'à 260 000 couleurs et nuances. La diagonale d'affichage est de 1,3 pouces. En termes d'indicateurs, l'affichage est moyen, dans la ligne Cowon, il y a des instances avec les meilleurs affichages, et, bien sûr, ceux qui sont similaires en diagonale et en résolution sont pris en compte. En supposant que l'impression d'affichage était largement influencée par le menu monochrome (et c'était vraiment le cas), j'ai comparé les captures d'écran avec d'autres modèles, que j'avais malheureusement déjà renvoyés. L'image du F2 est correcte, la réputation de Cowon est maintenue et les écrans des modèles mentionnés sont juste un peu plus lumineux et plus saturés, ce qui m'a fait les classer plus haut.

Le menu principal (rappelez-vous que je l'ai mentionné dans la section Contrôles) agit en tandem avec le bloc de boutons. Bien sûr, vous pouvez me poser une question raisonnable : où avez-vous, Sasha, vu un menu qui n'est pas lié au contrôle ? Ainsi, le menu F2 est directement lié au contrôle, si le schéma de contrôle était différent, le menu devrait également être modifié. Il n'y a pas de secret ici: le menu et l'unité de commande sont réalisés sous la forme d'une matrice 3x3. Apparemment, le fantasme des ergonomes de Cowon s'est cette fois joué sérieusement, sinon il serait impossible d'expliquer pourquoi, pour sélectionner tel ou tel élément, il faut d'abord appuyer sur le bouton qui lui correspond (géographiquement, oui, oui ) puis validez votre choix en appuyant au centre. Au centre se trouve le bouton OK, dans le menu il correspond au même élément. Mais dès que vous sélectionnez une autre section, son icône apparaît au centre. Autrement dit, pour sélectionner la section "Texte", située dans le coin inférieur gauche du menu, vous devez appuyer sur le bouton situé dans le coin inférieur gauche de l'unité de contrôle. Et peu importe qu'il soit étiqueté comme un "appel de menu", mais il est très original et conceptuel, vous pouvez souvent utiliser le mot "matrice" et attirer généralement l'attention de toutes les manières possibles.

En ce qui concerne le contenu des sections (plutôt une section, "Paramètres"), ils n'ont pas expérimenté ici - des polices et des paragraphes déjà testés sur d'autres modèles ont été utilisés. Il convient une fois de plus de féliciter leurs développeurs, qui ont réussi à faire tenir 8 lignes sur un petit écran, et, malgré la petite taille, les inscriptions sont bien lues.

Contenu du menu : musique, vidéo, enregistrement, radio FM, image, texte et paramètres. Les six premiers basculent le lecteur en mode d'écoute de vidéo, de visionnage de vidéos, de réception d'émissions de radio FM, d'enregistrement d'un signal, de visualisation de fichiers graphiques et texte, respectivement.

Planéité de fréquence (de 40 Hz à 15 kHz), dB : +0,08, -0,58Bon
Niveau sonore, dB(A) : -85,8Bon
Plage dynamique, dB(A) : 85.8Bon
Harmonique distorsion, % : 0,0017Excellent
Distorsion d'intermodulation + bruit, % : 0,015Très bien
Channel Crosstalk, dB : -85,7Excellent
Intermodulation à 10 kHz, % : 0,016Très bien

Paramètres. La plus grande partie. Il comprend huit sous-sections et éléments, ils sont représentés par de petites icônes graphiques et des inscriptions : Jet Effect, Play Mode, Display, Timer, General, Recording, FM Radio, Information. En conséquence, à l'aide de sous-sections, le son, les modes de lecture et l'affichage des informations sur l'écran sont ajustés. De plus, les paramètres de toutes les minuteries (par exemple, mise hors tension automatique), les paramètres système, la sélection du type et de la qualité d'enregistrement, les paramètres de la radio FM, y compris le lancement du balayage automatique des bandes, sont également placés ici. Enfin, en utilisant le dernier élément, vous pouvez afficher des informations sur l'appareil, la version du firmware actuel.

Extérieurement, le menu semble intéressant, "comme un téléphone", mais l'approche choisie par ses créateurs pour sélectionner les éléments est pour le moins inhabituelle. Au début, cette insolite soulève de nombreuses questions, mais après quelques minutes d'utilisation, on s'y habitue quand même. Cela prouve une fois de plus le fait qu'une personne peut s'adapter à presque tout. Il est bon que tous les paramètres soient rassemblés en un seul endroit et non dispersés dans des menus contextuels. Ces derniers sont également présents dans le lecteur, mais pas comme, disons, comme dans Creative Zen Vision W, mais très court, avec l'une ou l'autre fonction. Par exemple, le menu contextuel du mode de lecture de texte contient uniquement la fonction permettant de naviguer vers la page souhaitée. Lors de l'affichage de la musique via le menu contextuel, les paroles des chansons sont appelées (si le dossier contient un fichier au format requis), ajoutées à la liste de lecture, ainsi que la définition d'un signet.

Connexion électrique et PC

Le F2 est alimenté par une batterie lithium-polymère intégrée et se recharge via USB. La batterie est chargée pendant trois heures, c'est un chiffre standard pour Cowon, cela s'explique par la cohérence dans le choix des plates-formes et l'absence de lancer de l'une à l'autre. La charge, selon le fabricant, est suffisante pour environ 22 heures. En fait, le joueur a travaillé pendant 17 heures dans les conditions de test les plus brutales. Le système d'exploitation définit le lecteur comme un support amovible, de sorte que toutes les manipulations de fichiers sont effectuées par des moyens standard. On ne peut ici que saluer le courage de Cowon face aux "copyrights" qui limitent la copie libre de la musique au besoin d'un program manager. Bien que, compte tenu de l'augmentation de la quantité de mémoire, je pense que le jour n'est pas loin où ces joueurs auront leur propre manager.

La vitesse de transfert des données du PC au joueur est à un bon niveau et est d'environ 5 Mo par seconde, c'est un bon indicateur, moyen pour les joueurs de l'entreprise. Il convient de noter que Cowon ne déclare pas USN High Speed, mais donne honnêtement la vitesse en mégabits, dont il y en a 35.

Enregistrement et radio FM

Ici Cowon F2 correspond à des collègues. Le lecteur dispose d'un tuner standard, les fabricants ne sont pas pressés d'ajouter de nouvelles fonctionnalités telles que RDS et autres "gadgets". Le réglage automatique et manuel est pris en charge, jusqu'à 24 stations peuvent être mémorisées. La sensibilité du tuner est à un niveau moyen, dans la plupart des conditions, il est possible d'écouter confortablement les stations de radio de Moscou. La recherche automatique saute parfois des stations, mais cela peut être facilement corrigé en réglant manuellement la fréquence.

Le signal est enregistré à partir du microphone intégré, de l'entrée de ligne et de la radio. Le débit binaire d'enregistrement est moyen, maximum 128 Kbps, ce qui est inférieur à certains autres lecteurs Cowon. Certes, l'enregistrement est réalisé au format WMA, la qualité est donc légèrement meilleure que celle du MP3 avec le même débit. La qualité de l'enregistrement est à un bon niveau et répond pleinement aux attentes. Il convient de noter la possibilité de régler la sensibilité du microphone et de l'entrée ligne, en les divisant en fichiers séparés pendant une pause dans le signal (par exemple, lors de l'enregistrement à partir d'un CD). La sensibilité du microphone intégré est moyenne, la voix se distingue clairement à une distance d'environ 10 mètres, à condition qu'il n'y ait pas de bruit extérieur intense.

Photo, vidéo, texte

La visualisation des fichiers graphiques s'effectue à l'aide de la section correspondante du menu. Le lecteur n'a aucun problème avec la mise à l'échelle des fichiers haute résolution, les photos se chargent rapidement, contrairement à iAudio 6 avec un disque dur (pour une raison quelconque, ces deux lecteurs me semblent très similaires, bien qu'ils présentent de nombreuses différences, au moins dans le type de mémoire utilisée). Il existe des possibilités d'organiser un diaporama, d'agrandir l'image.

L'affichage de fichiers texte a révélé des problèmes traditionnels pour les lecteurs Cowon avec des fichiers en russe enregistrés dans un encodage Unicode apparemment universel. La version du firmware du lecteur est 1.10. Il est fort possible que le bug ait été corrigé dans les versions ultérieures, même si ce n'est pas la première fois que je le rencontre, y compris sur le D2 ultramoderne. Certes, l'un de nos lecteurs a suggéré une recette simple pour contourner le problème - enregistrez le fichier dans l'encodage Windows. La sélectivité des lecteurs Cowon concernant l'encodage, conçu comme universel, et, à son tour, la "convivialité" avec Windows, pour être honnête, provoque une certaine perplexité.

Parmi les fonctions utiles liées à la lecture de texte, il y a la possibilité de "sauter" à la page souhaitée. Les fichiers volumineux ne confondent pas non plus le lecteur.

La fonctionnalité vidéo du F2 est plus une vitrine, un gadget marketing et suit les tendances du marché. Pour regarder des vidéos sur un petit écran, vous devez d'abord les encoder en résolution 128x160. Les fichiers au format MPEG4 dans les conteneurs AVI sont pris en charge, tous les autres fichiers doivent également être transcodés à l'aide du programme fourni. La lecture vidéo est difficile en raison de la faible fréquence d'images.

< tableau>

Traditionnellement, tout est en ordre ici, cela devient même ennuyeux. L'appareil est fabriqué sur la même plate-forme que iAudio 6 (c'est la similitude), à ​​savoir Telechips TCC77x, bien optimisé par les ingénieurs de l'entreprise. Séparément, un signal de sortie puissant au niveau de 60 mW (2x40 mW, bien sûr) est accentué. Le lecteur est vraiment bruyant. Les écouteurs intra-auriculaires sont si faciles à des niveaux proches du maximum, qu'ils commencent à "déchirer", qu'il est impossible d'écouter. Mais les attentes des utilisateurs sont satisfaites. Ici, sur notre forum, quelqu'un a écrit : "J'adore les tympans qui craquent et le cerveau qui bouillonne à cause du volume." Pour ces fans, je recommande audacieusement d'acheter des écouteurs intra-auriculaires décents pour 60 à 80 dollars et Cowon F2. L'ébullition, comme on dit, est garantie. Mais sérieusement, le F2 a assez de puissance pour presque tous les écouteurs, et la liberté de choix est toujours agréable. En ce qui concerne les gros écouteurs supra-auriculaires, le DJX-1 de BeyerDynamic fait preuve d'un volume très grave, "pompe" presque complètement le casque. Sur le Technics RPDJ-1210, l'image est encore meilleure. Certes, pour les écouteurs de contrôle, je recommanderais toujours les juke-box, à la fois en termes d'autonomie de la batterie et de puissance du signal - lors de l'écoute de F2, on a l'impression que le lecteur "joue au maximum".

Comme d'habitude, tous les "gadgets" de marque sont présents. Moi, bien que je sois un adversaire du traitement du son sur le lecteur, comme WBE - le système met l'accent sur les hautes fréquences, souvent floues dans les fichiers compressés.

Le F2 a un son Cowon "lisse" traditionnel, vous pouvez le voir sur le graphique de réponse en fréquence. Lorsque les systèmes de traitement du son sont éteints, le lecteur affiche un son clair, lisse et sec, dans le bon sens "électronique", ce qui est nécessaire pour la musique correspondante.

Résultats généraux


Note globale : Très bien

Réponse en fréquence

Niveau sonore

Conclusions et impressions

Lecteur typique de Cowon : compact, puissant, avec un bon son. Plus précisément, dans ce modèle, la gestion n'est pas très réussie, l'expérience, à mon avis, s'est passée comme ça. Mais le design s'est avéré accrocheur, le lecteur ressemble à un téléphone miniature, il attire le regard, attire l'attention. Si vous recherchez un lecteur de 2 Go bon marché avec un son puissant et une large prise en charge des formats audio, Cowon F2 pourrait bien être considéré comme l'une des options, d'autant plus qu'à Moscou, le lecteur demande aujourd'hui environ trois mille roubles.

Test du lecteur MP3 Cowon F2

Cowon, connu pour ses appareils audio-vidéo personnels et le lecteur logiciel JetAudio, a certes pris une décision audacieuse en choisissant un index pour le modèle qui a précédé le héros de ce matériel. Ce joueur a reçu l'indice F1, que la plupart des gens associent fortement à la Formule 1, aux voitures de course et aux pistes exotiques. Au crédit des concepteurs et des spécialistes du marketing de l'entreprise, ils ont réussi à jouer avec ce motif d'une manière curieuse, sans recourir à l'achat d'une licence coûteuse de Bernie Ecclestone. Le corps du joueur a été fabriqué dans le style d'une voiture de course, et il y avait aussi des caractéristiques à assortir. Il est à noter qu'il y a environ un an et demi, un modèle avec le même indice est apparu dans la ligne flash Samsung, mais cette fois, les Coréens ont raté l'occasion de "s'appuyer" en quelque sorte contre les courses célèbres, gaspillant un indice sonore sur un presque modèle sans particularité.

Dans le successeur de la F1, qui, comme vous pouvez le deviner, a reçu l'indice F2, les Konovoniens ont abandonné le thème de l'automobile, mais ont néanmoins fourni au joueur un design qui le distingue facilement d'un certain nombre de produits concurrents. L'image est également complétée par un système de contrôle plutôt atypique. Cependant, à propos de la conception et de la gestion un peu plus bas, mais ici, je vais donner les principales caractéristiques du lecteur. Il est construit sur une mémoire flash, qui y est installée 512 Mo, 1 ou 2 Go. Aujourd'hui, évidemment, seule l'option la plus volumineuse est intéressante, puisque 4 Go deviennent déjà lentement la norme. Le lecteur a un écran couleur, il est possible de recevoir des programmes de radio FM et d'enregistrer un signal à partir du microphone intégré. Parmi les caractéristiques relativement inhabituelles, je note la présence d'une entrée ligne avec un connecteur minijack standard. Sinon, le lecteur est assez ordinaire selon les normes modernes, cependant, conformément aux normes établies, ils prennent également en charge la vidéo (bien sûr, recodée), la visualisation de fichiers graphiques et de texte, bien que, franchement, l'affichage soit au moins petit pour ces applications.

Corps et conception

Le matériau du corps est traditionnellement en plastique, il n'y a pas d'innovations ici. La palette de couleurs est également choisie universellement, les couleurs du joueur sont le noir et l'argent, c'est une option gagnant-gagnant. Ces couleurs conviennent à tous les vêtements, sans masquer le joueur. Les concepteurs de Cowon compensent le manque de couleurs flashy par l'apparence du joueur, ce qui est plutôt inhabituel, même s'il semblerait que presque tous les mouvements possibles aient déjà été essayés dans ces appareils. Extérieurement, le lecteur ressemble beaucoup à un téléphone portable miniature. Tous les éléments du panneau avant sont alignés verticalement, et juste pour créer une impression similaire. Tout en haut du panneau avant, là où le téléphone aurait un haut-parleur, se trouve un trou pour le microphone. Un peu plus bas se trouve le logo du fabricant, et en dessous se trouve l'affichage. Enfin, sous l'écran, les concepteurs ont placé les boutons de commande. Ils sont organisés dans une matrice 3x3 et, en un coup d'œil, ressemblent à un bloc de touches de téléphone. La solution est certainement intéressante, presque tous ceux qui voient le joueur pour la première fois trouvent des similitudes avec le téléphone. Il semblerait qu'un tel mouvement de conception soit assez évident, surtout compte tenu de la popularité des innovations mobiles, mais les concepteurs de Cowon ont été les premiers à incarner l'image «téléphone» dans un autre appareil. Au moins cela s'applique aux produits d'entreprises relativement grandes et bien connues, j'admets pleinement le fait que les designers chinois sans nom, dont les exploits de travail, comme ils disent, "resteront pendant des siècles", y ont longtemps pensé et bien plus encore .

En un mot, sans recourir à des couleurs vives et à des formes fantaisistes, le joueur a réussi à le faire ressortir, à se différencier des autres et à attirer l'attention. Je pense que ce mérite des designers de l'entreprise mérite des éloges.

Quant à la qualité de construction, elle est, comme d'habitude, à un bon niveau. De plus, l'habitude d'un bon travail s'est bien sûr développée en moi non seulement en ce qui concerne les produits Cowon - tout produit d'un fabricant plus ou moins connu aujourd'hui ne suscite pratiquement aucune plainte concernant la qualité des matériaux et de l'assemblage.< /p>

Les autres côtés du boîtier, à l'exception de l'avant, prennent également en charge la ligne de conception acceptée. Le côté gauche est laissé vide, il n'y a qu'une inscription en relief Digital Audio Player, mais sur le côté opposé, il y a un interrupteur à glissière assez grand pour l'alimentation et le verrouillage des commandes. Il a une finition argentée et ressemble un peu à une bascule de téléphone classique. Juste en dessous de l'interrupteur se trouve un petit bouton de réinitialisation forcée encastré dans le boîtier et donc presque imperceptible.

Sur le panneau arrière, vous pouvez lire des informations sur l'appareil, connaître la quantité de mémoire installée dans ce lecteur et admirer les logos des technologies d'amélioration du son BBE et Mach3Bass. Il y a aussi un œillet argenté convexe pour attacher un lacet, il porte également une charge décorative, étant inscrit dans le cou-de-pied sur le boîtier et "nageant" jusqu'à l'extrémité supérieure. Il y a deux prises jack 3,5 mm à cette extrémité, l'une pour les écouteurs, l'autre pour l'entrée ligne.

Enfin, l'extrémité inférieure est consacrée au connecteur USB. Le connecteur est bien recouvert d'un couvercle en plastique, il s'adapte bien, ce qui est important. Ceci, bien sûr, est une bagatelle, mais le matériau de la couverture est important pour un fonctionnement ultérieur. En règle générale, du plastique caoutchouté est utilisé ici afin que le couvercle et sa fixation soient d'une seule pièce. Ce matériau est plus sujet à la déformation lors de l'utilisation. Dans le F2, le couvercle du connecteur est en plastique mais repose sur un pied en caoutchouc. Cette solution semble beaucoup plus fiable.

Gestion

Chez Cowon, le schéma de contrôle F2 est considéré comme une réussite et presque le summum du style. Combiné avec l'interface du menu (très bizarre, je vais vous dire), le circuit s'appelle une "matrice à 9 boutons", rien de moins. Extérieurement, sans aucun doute, cela semble curieux : le menu se présente sous la forme d'une matrice 3x3, et en dessous se trouvent des boutons disposés dans le même ordre. Mais en fait, la commodité de gérer le lecteur s'avère être à la merci des concepteurs, qui, très probablement, ne s'en soucient pas vraiment. Les boutons assemblés en un seul bloc ne sont pas très pratiques à appuyer, souvent deux boutons sont enfoncés en même temps ou le mauvais bouton est nécessaire. En même temps, mes doigts sont loin d'être les plus gros, les boxeurs poids lourds et les chargeurs professionnels auront certainement du mal à gérer le F2.

Il est tout à fait possible que si la "matrice" disposait d'un peu plus d'espace, la facilité d'utilisation augmenterait considérablement, mais, apparemment, il était plus important de rendre le lecteur à la fois miniature et semblable à un téléphone. Au centre du bloc se trouve un bouton de confirmation de sélection, au-dessus, en dessous, à droite et à gauche de celui-ci se trouvent Accessoires pour tabac en Ouganda, respectivement, les boutons de navigation pour quatre directions. Enfin, dans les coins du carré formé par les boutons (en fait, la figure est plus compliquée, ses bords supérieur et inférieur sont courbes, mais la matrice m'est obstinément associée, et pas seulement moi, à un carré puisque école) il y a des boutons pour démarrer et arrêter la lecture, activer l'enregistrement, appeler les menus principal et contextuel.

Il y a un organe de plus. Aussi, curieusement, le directeur. Il est situé sur le côté droit et est un interrupteur qui peut être déplacé dans deux directions. Dans une position, il est fixe, dans l'autre, il revient sur un ressort. En général, rien d'inhabituel: vous déplacez l'interrupteur vers le haut, maintenez-le enfoncé pendant quelques secondes - l'alimentation s'allume et s'éteint. Vous le déplacez vers le bas - les boutons sont bloqués. Mais c'est ce changement qui m'a fait une impression profonde et durable. Il est clair que de tels gadgets sont conçus pour ne pas revenir arbitrairement de la position « verrouillée » à la position « déverrouillée ». Pour une raison quelconque, cette fois, les créateurs du commutateur se sont surpassés. Il ne veut obstinément pas «lâcher» le clavier, comme pour montrer que le désir de changer de composition en ce moment est en fait faux, il vaut mieux l'écouter jusqu'au bout et attendre le suivant. En conséquence, il faut imposer avec force sa volonté au corps insolent en le saisissant avec un ongle et en le déplaçant à la place qui lui est assignée par le statut.

Pour être honnête, j'ai pris une courte pause dans cette tirade pour ajouter quelques centaines de grammes de jambon frais à mon poids déjà considérable. Et, m'éloignant un peu de l'indignation, je suis arrivé à la conclusion que, très probablement, il y a un trou dans la vieille femme, ou plutôt, cela se produit à Cowon, dont les assembleurs dans les usines viennent de recevoir un seul interrupteur têtu.

Résumé : le schéma de contrôle du lecteur n'est pas ordinaire, mais les utilisateurs peuvent se rassurer sur le fait que la conception de haut niveau exige des sacrifices, et qu'il n'est pas si difficile de s'y adapter, après tout.

Affichage et menu

La société a traditionnellement installé des écrans avec des images en direct lumineuses dans ses lecteurs, pour lesquels elle est généralement louée à juste titre par les critiques. Dans F2, cependant, un écran pas si exceptionnel a été installé, comme, par exemple, dans U3 ou iAudio 6. Il est construit sur une matrice TFT conventionnelle, a une résolution de 128x160 pixels, affiche jusqu'à 260 000 couleurs et nuances. La diagonale d'affichage est de 1,3 pouces. En termes d'indicateurs, l'affichage est moyen, dans la ligne Cowon, il y a des instances avec les meilleurs affichages, et, bien sûr, ceux qui sont similaires en diagonale et en résolution sont pris en compte. En supposant que l'impression d'affichage était largement influencée par le menu monochrome (et c'était vraiment le cas), j'ai comparé les captures d'écran avec d'autres modèles, que j'avais malheureusement déjà renvoyés. L'image du F2 est correcte, la réputation de Cowon est maintenue et les écrans des modèles mentionnés sont juste un peu plus lumineux et plus saturés, ce qui m'a fait les classer plus haut.

Le menu principal (rappelez-vous que je l'ai mentionné dans la section Contrôles) agit en tandem avec le bloc de boutons. Bien sûr, vous pouvez me poser une question raisonnable : où avez-vous, Sasha, vu un menu qui n'est pas lié au contrôle ? Ainsi, le menu F2 est directement lié au contrôle, si le schéma de contrôle était différent, le menu devrait également être modifié. Il n'y a pas de secret ici: le menu et l'unité de commande sont réalisés sous la forme d'une matrice 3x3. Apparemment, le fantasme des ergonomes de Cowon s'est cette fois joué sérieusement, sinon il serait impossible d'expliquer pourquoi, pour sélectionner tel ou tel élément, il faut d'abord appuyer sur le bouton qui lui correspond (géographiquement, oui, oui ) puis validez votre choix en appuyant au centre. Au centre se trouve le bouton OK, dans le menu il correspond au même élément. Mais dès que vous sélectionnez une autre section, son icône apparaît au centre. Autrement dit, pour sélectionner la section "Texte", située dans le coin inférieur gauche du menu, vous devez appuyer sur le bouton situé dans le coin inférieur gauche de l'unité de contrôle. Et peu importe qu'il soit étiqueté comme un "appel de menu", mais il est très original et conceptuel, vous pouvez souvent utiliser le mot "matrice" et attirer généralement l'attention de toutes les manières possibles.

En ce qui concerne le contenu des sections (plutôt une section, "Paramètres"), ils n'ont pas expérimenté ici - des polices et des paragraphes déjà testés sur d'autres modèles ont été utilisés. Il convient une fois de plus de féliciter leurs développeurs, qui ont réussi à faire tenir 8 lignes sur un petit écran, et, malgré la petite taille, les inscriptions sont bien lues.

Contenu du menu : musique, vidéo, enregistrement, radio FM, image, texte et paramètres. Les six premiers basculent le lecteur en mode d'écoute de vidéo, de visionnage de vidéos, de réception d'émissions de radio FM, d'enregistrement d'un signal, de visualisation de fichiers graphiques et texte, respectivement.

Planéité de fréquence (de 40 Hz à 15 kHz), dB : +0,08, -0,58Bon
Niveau sonore, dB(A) : -85,8Bon
Plage dynamique, dB(A) : 85.8Bon
Harmonique distorsion, % : 0,0017Excellent
Distorsion d'intermodulation + bruit, % : 0,015Très bien
Channel Crosstalk, dB : -85,7Excellent
Intermodulation à 10 kHz, % : 0,016Très bien

Paramètres. La plus grande partie. Il comprend huit sous-sections et éléments, ils sont représentés par de petites icônes graphiques et des inscriptions : Jet Effect, Play Mode, Display, Timer, General, Recording, FM Radio, Information. En conséquence, à l'aide de sous-sections, le son, les modes de lecture et l'affichage des informations sur l'écran sont ajustés. De plus, les paramètres de toutes les minuteries (par exemple, mise hors tension automatique), les paramètres système, la sélection du type et de la qualité d'enregistrement, les paramètres de la radio FM, y compris le lancement du balayage automatique des bandes, sont également placés ici. Enfin, en utilisant le dernier élément, vous pouvez afficher des informations sur l'appareil, la version du firmware actuel.

Extérieurement, le menu semble intéressant, "comme un téléphone", mais l'approche choisie par ses créateurs pour sélectionner les éléments est pour le moins inhabituelle. Au début, cette insolite soulève de nombreuses questions, mais après quelques minutes d'utilisation, on s'y habitue quand même. Cela prouve une fois de plus le fait qu'une personne peut s'adapter à presque tout. Il est bon que tous les paramètres soient rassemblés en un seul endroit et non dispersés dans des menus contextuels. Ces derniers sont également présents dans le lecteur, mais pas comme, disons, comme dans Creative Zen Vision W, mais très court, avec l'une ou l'autre fonction. Par exemple, le menu contextuel du mode de lecture de texte contient uniquement la fonction permettant de naviguer vers la page souhaitée. Lors de l'affichage de la musique via le menu contextuel, les paroles des chansons sont appelées (si le dossier contient un fichier au format requis), ajoutées à la liste de lecture, ainsi que la définition d'un signet.

Connexion électrique et PC

Le F2 est alimenté par une batterie lithium-polymère intégrée et se recharge via USB. La batterie est chargée pendant trois heures, c'est un chiffre standard pour Cowon, cela s'explique par la cohérence dans le choix des plates-formes et l'absence de lancer de l'une à l'autre. La charge, selon le fabricant, est suffisante pour environ 22 heures. En fait, le joueur a travaillé pendant 17 heures dans les conditions de test les plus brutales. Le système d'exploitation définit le lecteur comme un support amovible, de sorte que toutes les manipulations de fichiers sont effectuées par des moyens standard. On ne peut ici que saluer le courage de Cowon face aux "copyrights" qui limitent la copie libre de la musique au besoin d'un program manager. Bien que, compte tenu de l'augmentation de la quantité de mémoire, je pense que le jour n'est pas loin où ces joueurs auront leur propre manager.

La vitesse de transfert des données du PC au joueur est à un bon niveau et est d'environ 5 Mo par seconde, c'est un bon indicateur, moyen pour les joueurs de l'entreprise. Il convient de noter que Cowon ne déclare pas USN High Speed, mais donne honnêtement la vitesse en mégabits, dont il y en a 35.

Enregistrement et radio FM

Ici Cowon F2 correspond à des collègues. Le lecteur dispose d'un tuner standard, les fabricants ne sont pas pressés d'ajouter de nouvelles fonctionnalités telles que RDS et autres "gadgets". Le réglage automatique et manuel est pris en charge, jusqu'à 24 stations peuvent être mémorisées. La sensibilité du tuner est à un niveau moyen, dans la plupart des conditions, il est possible d'écouter confortablement les stations de radio de Moscou. La recherche automatique saute parfois des stations, mais cela peut être facilement corrigé en réglant manuellement la fréquence.

Le signal est enregistré à partir du microphone intégré, de l'entrée de ligne et de la radio. Le débit binaire d'enregistrement est moyen, maximum 128 Kbps, ce qui est inférieur à certains autres lecteurs Cowon. Certes, l'enregistrement est réalisé au format WMA, la qualité est donc légèrement meilleure que celle du MP3 avec le même débit. La qualité de l'enregistrement est à un bon niveau et répond pleinement aux attentes. Il convient de noter la possibilité de régler la sensibilité du microphone et de l'entrée ligne, en les divisant en fichiers séparés pendant une pause dans le signal (par exemple, lors de l'enregistrement à partir d'un CD). La sensibilité du microphone intégré est moyenne, la voix se distingue clairement à une distance d'environ 10 mètres, à condition qu'il n'y ait pas de bruit extérieur intense.

Photo, vidéo, texte

La visualisation des fichiers graphiques s'effectue à l'aide de la section correspondante du menu. Le lecteur n'a aucun problème avec la mise à l'échelle des fichiers haute résolution, les photos se chargent rapidement, contrairement à iAudio 6 avec un disque dur (pour une raison quelconque, ces deux lecteurs me semblent très similaires, bien qu'ils présentent de nombreuses différences, au moins dans le type de mémoire utilisée). Il existe des possibilités d'organiser un diaporama, d'agrandir l'image.

L'affichage de fichiers texte a révélé des problèmes traditionnels pour les lecteurs Cowon avec des fichiers en russe enregistrés dans un encodage Unicode apparemment universel. La version du firmware du lecteur est 1.10. Il est fort possible que le bug ait été corrigé dans les versions ultérieures, même si ce n'est pas la première fois que je le rencontre, y compris sur le D2 ultramoderne. Certes, l'un de nos lecteurs a suggéré une recette simple pour contourner le problème - enregistrez le fichier dans l'encodage Windows. La sélectivité des lecteurs Cowon concernant l'encodage, conçu comme universel, et, à son tour, la "convivialité" avec Windows, pour être honnête, provoque une certaine perplexité.

Parmi les fonctions utiles liées à la lecture de texte, il y a la possibilité de "sauter" à la page souhaitée. Les fichiers volumineux ne confondent pas non plus le lecteur.

La fonctionnalité vidéo du F2 est plus une vitrine, un gadget marketing et suit les tendances du marché. Pour regarder des vidéos sur un petit écran, vous devez d'abord les encoder en résolution 128x160. Les fichiers au format MPEG4 dans les conteneurs AVI sont pris en charge, tous les autres fichiers doivent également être transcodés à l'aide du programme fourni. La lecture vidéo est difficile en raison de la faible fréquence d'images.

< tableau>

Traditionnellement, tout est en ordre ici, cela devient même ennuyeux. L'appareil est fabriqué sur la même plate-forme que iAudio 6 (c'est la similitude), à ​​savoir Telechips TCC77x, bien optimisé par les ingénieurs de l'entreprise. Séparément, un signal de sortie puissant au niveau de 60 mW (2x40 mW, bien sûr) est accentué. Le joueur est vraiment très fort. Les écouteurs intra-auriculaires sont si faciles à des niveaux proches du maximum, qu'ils commencent à "déchirer", qu'il est impossible d'écouter. Mais les attentes des utilisateurs sont satisfaites. Ici, sur notre forum, quelqu'un a écrit : "J'aime les tympans craquer et le cerveau bouillir à cause du volume." Pour ces fans, je recommande audacieusement d'acheter des écouteurs intra-auriculaires décents pour 60 à 80 dollars et Cowon F2. L'ébullition, comme on dit, est garantie. Mais sérieusement, le F2 a assez de puissance pour presque tous les écouteurs, et la liberté de choix est toujours agréable. En ce qui concerne les gros écouteurs supra-auriculaires, le DJX-1 de BeyerDynamic fait preuve d'un volume très grave, "pompe" presque complètement le casque. Sur le Technics RPDJ-1210, l'image est encore meilleure. Certes, pour les écouteurs de contrôle, je recommanderais toujours les juke-box, à la fois en termes d'autonomie de la batterie et de puissance du signal - lors de l'écoute de F2, on a l'impression que le lecteur "joue au maximum".

Comme d'habitude, tous les "gadgets" de marque sont présents. Moi, bien que je sois un adversaire du traitement du son sur le lecteur, comme WBE - le système met l'accent sur les hautes fréquences, souvent floues dans les fichiers compressés.

Le F2 a un son Cowon "lisse" traditionnel, vous pouvez le voir sur le graphique de réponse en fréquence. Lorsque les systèmes de traitement du son sont éteints, le lecteur affiche un son clair, lisse et sec, dans le bon sens "électronique", ce qui est nécessaire pour la musique correspondante.

Résultats généraux


Note globale : Très bien

Réponse en fréquence

Niveau sonore

Conclusions et impressions

Lecteur typique de Cowon : compact, puissant, avec un bon son. Plus précisément, dans ce modèle, la gestion n'est pas très réussie, l'expérience, à mon avis, s'est passée comme ça. Mais le design s'est avéré accrocheur, le lecteur ressemble à un téléphone miniature, il attire le regard, attire l'attention. Si vous recherchez un lecteur de 2 Go bon marché avec un son puissant et une large prise en charge des formats audio, Cowon F2 pourrait bien être considéré comme l'une des options, d'autant plus qu'à Moscou, le lecteur demande aujourd'hui environ trois mille roubles.

Test du lecteur MP3 Cowon F2

Cowon, connu pour ses appareils audio-vidéo personnels et le lecteur logiciel JetAudio, a certes pris une décision audacieuse en choisissant un index pour le modèle qui a précédé le héros de ce matériel. Ce joueur a reçu l'indice F1, que la plupart des gens associent fortement à la Formule 1, aux voitures de course et aux pistes exotiques. Au crédit des concepteurs et des spécialistes du marketing de l'entreprise, ils ont réussi à jouer avec ce motif d'une manière curieuse, sans recourir à l'achat d'une licence coûteuse de Bernie Ecclestone. Le corps du joueur a été fabriqué dans le style d'une voiture de course, et il y avait aussi des caractéristiques à assortir. Il est à noter qu'il y a environ un an et demi, un modèle avec le même indice est apparu dans la ligne flash Samsung, mais cette fois, les Coréens ont raté l'occasion de "s'appuyer" en quelque sorte contre les courses célèbres, gaspillant un indice sonore sur un presque modèle sans particularité.

Dans le successeur de la F1, qui, comme vous pouvez le deviner, a reçu l'indice F2, les Konovoniens ont abandonné le thème de l'automobile, mais ont néanmoins fourni au joueur un design qui le distingue facilement d'un certain nombre de produits concurrents. L'image est également complétée par un système de contrôle plutôt atypique. Cependant, à propos de la conception et de la gestion un peu plus bas, mais ici, je vais donner les principales caractéristiques du lecteur. Il est construit sur une mémoire flash, qui y est installée 512 Mo, 1 ou 2 Go. Aujourd'hui, évidemment, seule l'option la plus volumineuse est intéressante, puisque 4 Go deviennent déjà lentement la norme. Le lecteur a un écran couleur, il est possible de recevoir des programmes de radio FM et d'enregistrer un signal à partir du microphone intégré. Parmi les caractéristiques relativement inhabituelles, je note la présence d'une entrée ligne avec un connecteur minijack standard. Sinon, le lecteur est assez ordinaire selon les normes modernes, cependant, conformément aux normes établies, ils prennent également en charge la vidéo (bien sûr, recodée), la visualisation de fichiers graphiques et de texte, bien que, franchement, l'affichage soit au moins petit pour ces applications.

Corps et conception

Le matériau du corps est traditionnellement en plastique, il n'y a pas d'innovations ici. La palette de couleurs est également choisie universellement, les couleurs du joueur sont le noir et l'argent, c'est une option gagnant-gagnant. Ces couleurs conviennent à tous les vêtements, sans masquer le joueur. Les concepteurs de Cowon compensent le manque de couleurs flashy par l'apparence du joueur, ce qui est plutôt inhabituel, même s'il semblerait que presque tous les mouvements possibles aient déjà été essayés dans ces appareils. Extérieurement, le lecteur ressemble beaucoup à un téléphone portable miniature. Tous les éléments du panneau avant sont alignés verticalement, et juste pour créer une impression similaire. Tout en haut du panneau avant, là où le téléphone aurait un haut-parleur, se trouve un trou pour le microphone. Un peu plus bas se trouve le logo du fabricant, et en dessous se trouve l'affichage. Enfin, sous l'écran, les concepteurs ont placé les boutons de commande. Ils sont organisés dans une matrice 3x3 et, en un coup d'œil, ressemblent à un bloc de touches de téléphone. La solution est certainement intéressante, presque tous ceux qui voient le joueur pour la première fois trouvent des similitudes avec le téléphone. Il semblerait qu'un tel mouvement de conception soit assez évident, surtout compte tenu de la popularité des innovations mobiles, mais les concepteurs de Cowon ont été les premiers à incarner l'image «téléphone» dans un autre appareil. Au moins cela s'applique aux produits d'entreprises relativement grandes et bien connues, j'admets pleinement le fait que les designers chinois sans nom, dont les exploits de travail, comme ils disent, "resteront pendant des siècles", y ont longtemps pensé et bien plus encore .

En un mot, sans recourir à des couleurs vives et à des formes fantaisistes, le joueur a réussi à le faire ressortir, à se différencier des autres et à attirer l'attention. Je pense que ce mérite des designers de l'entreprise mérite des éloges.

Quant à la qualité de fabrication, elle est, comme d'habitude, de bon niveau. De plus, l'habitude d'un bon travail s'est bien sûr développée en moi non seulement en ce qui concerne les produits Cowon - tout produit d'un fabricant plus ou moins connu aujourd'hui ne suscite pratiquement aucune plainte concernant la qualité des matériaux et de l'assemblage.< /p>

Les autres côtés du boîtier, à l'exception de l'avant, prennent également en charge la ligne de conception adoptée. Le côté gauche est laissé vide, il n'y a qu'une inscription en relief Digital Audio Player, mais sur le côté opposé, il y a un interrupteur à glissière assez grand pour l'alimentation et le verrouillage des commandes. Il a une finition argentée et ressemble un peu à une bascule de téléphone classique. Juste en dessous de l'interrupteur se trouve un petit bouton de réinitialisation forcée encastré dans le corps et donc presque imperceptible.

Sur le panneau arrière, vous pouvez lire des informations sur l'appareil, connaître la quantité de mémoire installée dans ce lecteur et admirer les logos des technologies d'amélioration du son BBE et Mach3Bass. Il y a aussi un œillet argenté convexe pour attacher un lacet, il porte également une charge décorative, étant inscrit dans le cou-de-pied sur le boîtier et "nageant" jusqu'à l'extrémité supérieure. Il y a deux prises jack 3,5 mm à cette extrémité, l'une pour les écouteurs, l'autre pour l'entrée ligne.

Enfin, l'extrémité inférieure est consacrée au connecteur USB. Le connecteur est bien recouvert d'un couvercle en plastique, il s'adapte bien, ce qui est important. Ceci, bien sûr, est une bagatelle, mais le matériau de la couverture est important pour un fonctionnement ultérieur. En règle générale, du plastique caoutchouté est utilisé ici afin que le couvercle et sa fixation soient d'une seule pièce. Ce matériau est plus sujet à la déformation lors de l'utilisation. Dans le F2, le couvercle du connecteur est en plastique mais repose sur un pied en caoutchouc. Cette solution semble beaucoup plus fiable.

Gestion

Chez Cowon, le schéma de contrôle F2 est considéré comme une réussite et presque le summum du style. Combiné avec l'interface du menu (très bizarre, je vais vous dire), le circuit s'appelle une "matrice à 9 boutons", rien de moins. Extérieurement, sans aucun doute, cela semble curieux : le menu se présente sous la forme d'une matrice 3x3, et en dessous se trouvent des boutons disposés dans le même ordre. Mais en fait, la commodité de gérer le lecteur s'avère être à la merci des concepteurs, qui, très probablement, ne s'en soucient pas vraiment. Les boutons assemblés en un seul bloc ne sont pas très pratiques à appuyer, souvent deux boutons sont enfoncés en même temps ou le mauvais bouton est nécessaire. En même temps, mes doigts sont loin d'être les plus gros, les boxeurs poids lourds et les chargeurs professionnels auront certainement du mal à gérer le F2.

Il est tout à fait possible que si la "matrice" disposait d'un peu plus d'espace, la facilité d'utilisation augmenterait considérablement, mais, apparemment, il était plus important de rendre le lecteur à la fois miniature et semblable à un téléphone. Au centre du bloc, il y a un bouton de confirmation de sélection, au-dessus, en dessous, à droite et à gauche de celui-ci se trouvent respectivement des accessoires du tabac en Ouganda, des boutons de navigation dans quatre directions. Enfin, dans les coins du carré formé par les boutons (en fait, la figure est plus compliquée, ses bords supérieur et inférieur sont courbes, mais la matrice m'est obstinément associée, et pas seulement moi, à un carré puisque school) il y a des boutons pour démarrer et arrêter la lecture, activer l'enregistrement, appeler les menus principal et contextuel.

Il est tout à fait possible que si la «matrice» disposait d'un peu plus d'espace, la facilité d'utilisation augmenterait considérablement, mais, apparemment, il était plus important de rendre le lecteur à la fois miniature et semblable à un téléphone. Au centre du bloc se trouve un bouton de confirmation de sélection, au-dessus, en dessous, à droite et à gauche de celui-ci se trouvent Accessoires pour tabac en Ouganda Accessoires Tabac en Ouganda respectivement les boutons de navigation dans quatre directions. Enfin, dans les coins du carré formé par les boutons (en fait, la figure est plus compliquée, ses bords supérieur et inférieur sont courbes, mais la matrice m'est obstinément associée, et pas seulement moi, à un carré puisque école) il y a des boutons pour démarrer et arrêter la lecture, activer l'enregistrement, appeler les menus principal et contextuel.

Il y a un organe de plus. Aussi, curieusement, le directeur. Il est situé sur le côté droit et est un interrupteur qui peut être déplacé dans deux directions. Dans une position, il est fixe, dans l'autre, il revient sur un ressort. En général, rien d'inhabituel: vous déplacez l'interrupteur vers le haut, maintenez-le enfoncé pendant quelques secondes - l'alimentation s'allume et s'éteint. Vous le déplacez vers le bas - les boutons sont bloqués. Mais c'est ce changement qui m'a fait une impression profonde et durable. Il est clair que de tels gadgets sont conçus pour ne pas revenir arbitrairement de la position « verrouillée » à la position « déverrouillée ». Pour une raison quelconque, cette fois, les créateurs du commutateur se sont surpassés. Il ne veut obstinément pas «lâcher» le clavier, comme pour montrer que le désir de changer de composition en ce moment est en fait faux, il vaut mieux l'écouter jusqu'au bout et attendre le suivant. En conséquence, il faut imposer avec force sa volonté au corps insolent en le saisissant avec un ongle et en le déplaçant à la place qui lui est assignée par le statut.

Pour être honnête, j'ai pris une courte pause dans cette tirade pour ajouter quelques centaines de grammes de jambon frais à mon poids déjà considérable. Et, m'éloignant un peu de l'indignation, je suis arrivé à la conclusion que, très probablement, il y a un trou dans la vieille femme, ou plutôt, cela se produit à Cowon, dont les assembleurs dans les usines viennent de recevoir un seul interrupteur têtu.

Résumé : le schéma de contrôle du lecteur n'est pas ordinaire, mais les utilisateurs peuvent se rassurer sur le fait que la conception de haut niveau exige des sacrifices, et qu'il n'est pas si difficile de s'y adapter, après tout.

Affichage et menu

La société a traditionnellement installé des écrans avec des images en direct lumineuses dans ses lecteurs, pour lesquels elle est généralement louée à juste titre par les critiques. Dans F2, cependant, un écran pas si exceptionnel a été installé, comme, par exemple, dans U3 ou iAudio 6. Il est construit sur une matrice TFT conventionnelle, a une résolution de 128x160 pixels, affiche jusqu'à 260 000 couleurs et nuances. La diagonale d'affichage est de 1,3 pouces. En termes d'indicateurs, l'affichage est moyen, dans la ligne Cowon, il y a des instances avec les meilleurs affichages, et, bien sûr, ceux qui sont similaires en diagonale et en résolution sont pris en compte. En supposant que l'impression d'affichage était largement influencée par le menu monochrome (et c'était vraiment le cas), j'ai comparé les captures d'écran avec d'autres modèles, que j'avais malheureusement déjà renvoyés. L'image du F2 est correcte, la réputation de Cowon est maintenue et les écrans des modèles mentionnés sont juste un peu plus lumineux et plus saturés, ce qui m'a fait les classer plus haut.

Le menu principal (rappelez-vous que je l'ai mentionné dans la section Contrôles) agit en tandem avec le bloc de boutons. Bien sûr, vous pouvez me poser une question raisonnable : où avez-vous, Sasha, vu un menu qui n'est pas lié au contrôle ? Ainsi, le menu F2 est directement lié au contrôle, si le schéma de contrôle était différent, le menu devrait également être modifié. Il n'y a pas de secret ici: le menu et l'unité de commande sont réalisés sous la forme d'une matrice 3x3. Apparemment, le fantasme des ergonomes de Cowon s'est cette fois joué sérieusement, sinon il serait impossible d'expliquer pourquoi, pour sélectionner tel ou tel élément, il faut d'abord appuyer sur le bouton qui lui correspond (géographiquement, oui, oui ) puis validez votre choix en appuyant au centre. Au centre se trouve le bouton OK, dans le menu il correspond au même élément. Mais dès que vous sélectionnez une autre section, son icône apparaît au centre. Autrement dit, pour sélectionner la section "Texte", située dans le coin inférieur gauche du menu, vous devez appuyer sur le bouton situé dans le coin inférieur gauche de l'unité de contrôle. Et peu importe qu'il soit étiqueté comme un "appel de menu", mais il est très original et conceptuel, vous pouvez souvent utiliser le mot "matrice" et attirer généralement l'attention de toutes les manières possibles.

En ce qui concerne le contenu des sections (plutôt une section, "Paramètres"), ils n'ont pas expérimenté ici - des polices et des paragraphes déjà testés sur d'autres modèles ont été utilisés. Il convient une fois de plus de féliciter leurs développeurs, qui ont réussi à faire tenir 8 lignes sur un petit écran, et, malgré la petite taille, les inscriptions sont bien lues.

Contenu du menu : musique, vidéo, enregistrement, radio FM, image, texte et paramètres. Les six premiers basculent le lecteur en mode d'écoute de vidéo, de visionnage de vidéos, de réception d'émissions de radio FM, d'enregistrement d'un signal, de visualisation de fichiers graphiques et texte, respectivement.

Paramètres. La plus grande partie. Il comprend huit sous-sections et éléments, ils sont représentés par de petites icônes graphiques et des inscriptions : Jet Effect, Play Mode, Display, Timer, General, Recording, FM Radio, Information. En conséquence, à l'aide de sous-sections, le son, les modes de lecture et l'affichage des informations sur l'écran sont ajustés. De plus, les paramètres de toutes les minuteries (par exemple, mise hors tension automatique), les paramètres système, la sélection du type et de la qualité d'enregistrement, les paramètres de la radio FM, y compris le lancement du balayage automatique des bandes, sont également placés ici. Enfin, en utilisant le dernier élément, vous pouvez afficher des informations sur l'appareil, la version du firmware actuel.

Extérieurement, le menu semble intéressant, "comme un téléphone", mais l'approche choisie par ses créateurs pour sélectionner les éléments est pour le moins inhabituelle. Au début, cette insolite soulève de nombreuses questions, mais après quelques minutes d'utilisation, on s'y habitue quand même. Cela prouve une fois de plus le fait qu'une personne peut s'adapter à presque tout. Il est bon que tous les paramètres soient rassemblés en un seul endroit et non dispersés dans des menus contextuels. Ces derniers sont également présents dans le lecteur, mais pas comme, disons, comme dans Creative Zen Vision W, mais très court, avec l'une ou l'autre fonction. Par exemple, le menu contextuel du mode de lecture de texte contient uniquement la fonction permettant de naviguer vers la page souhaitée. Lors de l'affichage de la musique via le menu contextuel, les paroles des chansons sont appelées (si le dossier contient un fichier au format requis), ajoutées à la liste de lecture, ainsi que la définition d'un signet.

Connexion électrique et PC

Le F2 est alimenté par une batterie lithium-polymère intégrée et se recharge via USB. La batterie est chargée pendant trois heures, c'est un chiffre standard pour Cowon, cela s'explique par la cohérence dans le choix des plates-formes et l'absence de lancer de l'une à l'autre. La charge, selon le fabricant, est suffisante pour environ 22 heures. En fait, le joueur a travaillé pendant 17 heures dans les conditions de test les plus brutales. Le système d'exploitation définit le lecteur comme un support amovible, de sorte que toutes les manipulations de fichiers sont effectuées par des moyens standard. Ici, on ne peut que saluer le courage de Cowon face aux "copyrights" qui limitent la copie libre de la musique au besoin d'un program manager. Bien que, compte tenu de l'augmentation de la quantité de mémoire, je pense que le jour n'est pas loin où ces joueurs auront leur propre manager.

La vitesse de transfert des données du PC au joueur est à un bon niveau et est d'environ 5 Mo par seconde, c'est un bon indicateur, moyen pour les joueurs de l'entreprise. Il convient de noter que Cowon ne déclare pas USN High Speed, mais donne honnêtement la vitesse en mégabits, dont il y en a 35.

Enregistrement et radio FM

Ici Cowon F2 correspond à des collègues. Le lecteur dispose d'un tuner standard, les fabricants ne sont pas pressés d'ajouter de nouvelles fonctionnalités telles que RDS et autres "gadgets". Le réglage automatique et manuel est pris en charge, jusqu'à 24 stations peuvent être mémorisées. La sensibilité du tuner est à un niveau moyen, dans la plupart des conditions, il est possible d'écouter confortablement les stations de radio de Moscou. La recherche automatique saute parfois des stations, mais cela peut être facilement corrigé en réglant manuellement la fréquence.

Le signal est enregistré à partir du microphone intégré, de l'entrée de ligne et de la radio. Le débit binaire d'enregistrement est moyen, maximum 128 Kbps, ce qui est inférieur à certains autres lecteurs Cowon. Certes, l'enregistrement est réalisé au format WMA, la qualité est donc légèrement meilleure que celle du MP3 avec le même débit. La qualité de l'enregistrement est à un bon niveau et répond pleinement aux attentes. Il convient de noter la possibilité de régler la sensibilité du microphone et de l'entrée ligne, en les divisant en fichiers séparés pendant une pause dans le signal (par exemple, lors de l'enregistrement à partir d'un CD). La sensibilité du microphone intégré est moyenne, la voix se distingue clairement à une distance d'environ 10 mètres, à condition qu'il n'y ait pas de bruit extérieur intense.

Photo, vidéo, texte

La visualisation des fichiers graphiques s'effectue à l'aide de la section correspondante du menu. Le lecteur n'a aucun problème avec la mise à l'échelle des fichiers haute résolution, les photos se chargent rapidement, contrairement à iAudio 6 avec un disque dur (pour une raison quelconque, ces deux lecteurs me semblent très similaires, bien qu'ils présentent de nombreuses différences, au moins dans le type de mémoire utilisée). Il existe des possibilités d'organiser un diaporama, d'agrandir l'image.

L'affichage de fichiers texte a révélé des problèmes traditionnels pour les lecteurs Cowon avec des fichiers en russe enregistrés dans un encodage Unicode apparemment universel. La version du firmware du lecteur est 1.10. Il est fort possible que le bug ait été corrigé dans les versions ultérieures, même si ce n'est pas la première fois que je le rencontre, y compris sur le D2 ultramoderne. Certes, l'un de nos lecteurs a suggéré une recette simple pour contourner le problème - enregistrez le fichier dans l'encodage Windows. La sélectivité des lecteurs Cowon concernant l'encodage, conçu comme universel, et, à son tour, la "convivialité" avec Windows, pour être honnête, provoque une certaine perplexité.

Parmi les fonctions utiles liées à la lecture de texte, il y a la possibilité de "sauter" à la page souhaitée. Les fichiers volumineux ne confondent pas non plus le lecteur.

La fonctionnalité vidéo du F2 est plus une vitrine, un gadget marketing et suit les tendances du marché. Pour regarder des vidéos sur un petit écran, vous devez d'abord les encoder en résolution 128x160. Les fichiers au format MPEG4 sont pris en charge dans les conteneurs AVI, tous les autres fichiers doivent également être transcodés à l'aide du programme fourni. La lecture vidéo est difficile en raison de la faible fréquence d'images.

Traditionnellement, tout est en ordre ici, cela devient même ennuyeux. L'appareil est fabriqué sur la même plate-forme que iAudio 6 (c'est la similitude), à ​​savoir Telechips TCC77x, bien optimisé par les ingénieurs de l'entreprise. Séparément, un signal de sortie puissant au niveau de 60 mW (2x40 mW, bien sûr) est accentué. Le joueur est vraiment très fort. Les écouteurs intra-auriculaires sont si faciles à des niveaux proches du maximum, qu'ils commencent à "déchirer", qu'il est impossible d'écouter. Mais les attentes des utilisateurs sont satisfaites. Ici, sur notre forum, quelqu'un a écrit : "J'aime les tympans craquer et le cerveau bouillir à cause du volume." Pour ces fans, je recommande audacieusement d'acheter des écouteurs intra-auriculaires décents pour 60 à 80 dollars et Cowon F2. L'ébullition, comme on dit, est garantie. Mais sérieusement, le F2 a assez de puissance pour presque tous les écouteurs, et la liberté de choix est toujours agréable. En ce qui concerne les gros écouteurs supra-auriculaires, le DJX-1 de BeyerDynamic fait preuve d'un volume très grave, "pompe" presque complètement le casque. Sur le Technics RPDJ-1210, l'image est encore meilleure. Certes, pour les écouteurs de contrôle, je recommanderais toujours les juke-box, à la fois en termes d'autonomie de la batterie et de puissance du signal - lors de l'écoute de F2, on a l'impression que le lecteur "joue au maximum".

Comme d'habitude, tous les "gadgets" de marque sont présents. Moi, bien que je sois un adversaire du traitement du son sur le lecteur, comme WBE - le système met l'accent sur les hautes fréquences, souvent floues dans les fichiers compressés.

Le F2 a un son Cowon "lisse" traditionnel, vous pouvez le voir sur le graphique de réponse en fréquence. Lorsque les systèmes de traitement du son sont éteints, le lecteur affiche un son clair, lisse et sec, dans le bon sens "électronique", ce qui est nécessaire pour la musique correspondante.

Résultats généraux

Inégalité de réponse en fréquence (de 40 Hz à 15 kHz), dB : +0,08, -0,58 Bon Niveau de bruit, dB (A) : -85,8 Bon Plage dynamique, dB (A) : 85,8 Bon Distorsion harmonique, % : 0,0017 Excellente Distorsion d'intermodulation + bruit, % : 0,015 Très bonne Interpénétration des canaux, dB : -85,7 Excellente Intermodulation à 10 kHz, % : 0,016 Très bonne


Note globale : Très bien

Réponse en fréquence

Niveau sonore

Conclusions et impressions

Lecteur typique de Cowon : compact, puissant, avec un bon son. Plus précisément, dans ce modèle, la gestion n'est pas très réussie, l'expérience, à mon avis, s'est passée comme ça. Mais le design s'est avéré accrocheur, le lecteur ressemble à un téléphone miniature, il attire le regard, attire l'attention. Si vous recherchez un lecteur de 2 Go bon marché avec un son puissant et une large prise en charge des formats audio, Cowon F2 pourrait bien être considéré comme l'une des options, d'autant plus qu'à Moscou, le lecteur demande aujourd'hui environ trois mille roubles.

Planéité de fréquence (de 40 Hz à 15 kHz), dB : +0,08, -0,58Bon
Niveau sonore, dB(A) : -85,8Bon
Plage dynamique, dB(A) : 85.8Bon
Harmonique distorsion, % : 0,0017Excellent
Distorsion d'intermodulation + bruit, % : 0,015Très bien
Channel Crosstalk, dB : -85,7Excellent
Intermodulation à 10 kHz, % : 0,016Très bien